Logo BlogBMW

Essai M240i xDrive Coupé : Résistance…

Selon l’Europe, le compte à rebours est enclenché : il ne sera plus possible d’acheter (même si un espoir subsiste encore…), neuve, l’équivalent d’une BMW M240i sur le Vieux Continent en 2035. A moins d’aller vivre ailleurs, option à ne pas négliger quand on rend les clés de cette géniale voiture.

L’atout émotion de la M240i : le moteur

Habituellement, je commence mes articles par le design car c’est la première chose que l’on remarque lorsqu’on découvre une voiture. Mais avec la M240i, on va faire une exception. Tout comme la M440i coupé, sa cousine Gran Coupé, elle reçoit celui que je considère comme le meilleur « 6 en lignes turbo » de la marque ( pour les atmosphériques, on reste sur le S54 de la M3 E46, surtout en CSL). 

Le moteur 3,0 litres développe une puissance maximale de 374 chevaux, soit 34 de plus que son prédécesseur. Le couple maximal de 500 Nm (369 lb-ft) est disponible sur une large plage d’utilisation de 1900 à 5000 tr/min. D’un point de vue technologique, il est doté d’un carter en aluminium, d’une culasse en alliage, de pistons et de bielles au poids optimisé et d’un vilebrequin en acier forgé. Il reçoit aussi l’injection directe d’essence High Precision Injection (qui fonctionne désormais la pression maximale de 350 bars), le système de distribution entièrement variable VALVETRONIC et le système variable Double-VANOS pour l’admission et l’échappement. Contrairement aux M440i, la M240i ne reçoit pas l’hybridation légère de 11 chevaux. 

Mais là où les ingénieurs de la marque ont fait un super boulot, c’est au niveau du « comportement » du moteur. Ils ont réussi à nous faire oublier la suralimentation issue de la technologie BMW M Twin Power Turbo. Celle-ci comprend un turbocompresseur à double spirale avec refroidissement indirect de l’air de suralimentation intégré au système d’admission. 

La sonorité, qui remonte aussi par les haut-parleurs, est parfaite. En mode sport, le moteur gronde à bas régime et bénéficie de la poussée du turbo, il éclaircit sa voix à mi course du compte tours et chante sa joie d’aller titiller les 7 000 tours/mn. Entre 5 000 tours et la zone rouge, on a la sensation d’avoir un moteur atmosphérique. J’adore… 

Performances et consommations BMW M240i

Ainsi équipée, la BMW M240i xDrive Coupé passe de 0 à 100 km/h en 4,3 secondes et bute sur la bride des 250 km/h. La facilité avec laquelle elle atteint déjà 200 km/h (sur circuit…) rassure sur la santé de l’auto. En mode sport, les rapports s’enchainent avec un à-coup et sans presque aucun rupture de charge. Ca pousse tout le temps, à n’importe quel régime, avec douceur grâce au turbo ou avec rage au delà de 5 000 tours/minute. Bien sûr on est loin des performances d’une M4, mais le niveau est déjà suffisant pour se faire plaisir et offre un compromis au quotidien qui est juste… parfait !

Surtout que lors de la première partie de notre essai, réalisé à un rythme très tranquille, sur routes et voies rapides, l’ordinateur a affiché la consommation de… 6,2 litres pour 100 kilomètres ! Soit je vieillis, soit ce moteur est d’un efficience étonnante. Il doit y avoir un peu des deux. Et le tout malgré un poids élevé (1700 kilos ! ). 

BMW annonce, dans le cycle d’essai WLTP, entre de 8,8 – 8,1 litres par 100 kilomètres en moyenne. Les émissions de CO2 se situant entre 200 et 185 grammes par kilomètre.

Bien entendu, quand on hausse le rythme, on est entre 10 et 11 litres pour 100 kilomètres. Je connais plein de SUV qui consomment autant avec deux fois moins de puissance… 

Le look de la M240i…

C’est une affaire de goûts. Bon, quand je commence comme cela, c’est que je ne suis pas fan. Les designers ont tenté de rendre hommage à la 2002 turbo. D’ailleurs, j’avais beaucoup aimé la « 2002 hommage ». Pourquoi s’en être autant écarté pour la version finale ? Sans doute en raison des coûts de production. A moins que ce concept-car réserve son look pour la M2 ? Si on en croit les photos qui ont déjà fuite, ce ne sera pas le cas. 

Par contre, surtout avec cette couleur, vous ne passerez pas inaperçu ! Même si elle est discrète, la M240i attire le regard du connaisseur et l’ouïe des passants. A bord, on retrouve un vrai tableau de bord « à l’ancienne » comme je les aime, avec tout ce qu’il faut de technologie embarquée pour vous assister dans la conduite. Le coffre affiche 390 litres et les banquettes sont rabattables. 

Avis essai M240i xDrive Coupé

On pouvait craindre le pire après le passage au « 4 cylindres » des cousines M135i et M235i. Mais BMW fait plaisir à ses clients avec cette M240i. Vu le timing, il se peut qu’elle soit, en Europe, la dernière d’une longue et belle tradition de moteurs thermiques. Peut-être aurons-nous droit, vu le cycle de vie pour un modèle, de 7 ans en moyenne chez BMW, à une dernière mouture hybride en 2028… Après… qui sait ce qu’il adviendra. 

A partir de 59 900 euros hors malus (entre 9 550 à 18 188 euros)

Texte et photos : P. HORTAIL

DONNEES TECHNIQUES BMW M240i xDrive Coupé :

Moteur essence six cylindres en ligne, boîte de vitesses automatique Sport à huit rapports, BMW xDrive. Cylindrée : 2 998 cm3, puissance : 374 ch/275 kW entre 5 500 et 6 500 tr/min, couple max. : 500 Nm entre 1 900 et 5 000 tr/min. Accélération (0 – 100 km/h) : 4,3 secondes, vitesse maximale : 250 km/h. Consommation de carburant en cycle mixte : 8.8 – 8.1 l/100 km en cycle WLTP, émissions de CO2 en cycle mixte : 200 – 185 g/km en cycle WLTP, norme d’émissions : Euro 6d.

Longueur : 4,55 m / Largeur : 1,85 m / Hauteur : 1,40 m / Empattement : 2,74 m
Capacité du réservoir : 52 l

Galerie photos M240i xDrive Coupé

A LIRE AUSSI