Blog BMW

BMW Série 8 840d xDrive 2019
Boutique Accessoires
Je réserve un essai
Occasions BMW

Essai 840d Cabriolet : Diesel et cabriolet sont-ils compatibles ?

Etant un amateur de cabriolets, je vous avoue que l’idée de marier le plaisir d’une conduite en plein air avec la sonorité de tractopelle de certaines motorisations diesel était pour moi une hérésie. Mais ça, c’était avant de tester la 840d xDrive Cabriolet.

Essai Série 8 840d Cabriolet xDrive : quelle ligne !

Ah, la Série 8 ! The 8 comme disent les gens du marketing… je la trouve superbe. Sa ligne, tout comme sur la M850i coupé, est une réussite. La face avant est à la fois agressive et élégante. Les ailes arrière donnent une impression d’avoir une voiture large, surtout une fois décapotée. Le pare-brise n’est pas trop enveloppant et ne surplombe pas le crâne.

A bord, 4 personnes peuvent s’installer. Par contre à l’arrière  il faudra accepter d’avoir un espace restreint. Si le conducteur a de grandes jambes et doit reculer son siège pour s’installer confortablement, il vaudra mieux laisser un enfant prendre place derrière lui. Pourtant la voiture mesure quand même 4,84 mètres de long, contre 5,12 mètres pour une Série 7 version courte. Notre essai de la Série 7 est à lire ici !

Sous le capot, un diesel

BMW a logé un moteur bien connu de ses clients sous le capot de la Série 8 Cabriolet. Il s’agit du dernier survivant des 6 en ligne si cher au cœur des amateurs de beaux moteurs. D’une cylindrée de 2993 cm3, il développe 320 chevaux à 4 400 tr/mn et 680 Nm de couple dès 1750 tr/m grâce à ses turbos. BMW annonce un 0 à 100 km/h en à peine 5,2 secondes et une vitesse maximale de 250 km/h. La boîte automatique à huit rapports et la transmission intégrale participent à l’atteinte de ces chiffres flatteurs pour une auto qui pèse quand même presque 2 tonnes…

Tout cela est très joli sur le papier (plutôt sur votre écran) mais que ressentons au volant de ce cabriolet diesel ? À ma grande surprise, grâce au Active Sound Design, on remarque à peine un petit claquement au démarrage à froid. Attention tout de même, car nous avons testée cette BMW en période de canicule dans le sud de la France. À voir en plein hiver, au petit matin, dans une station de ski… En tout cas, la première des choses à faire en démarrant est de sélectionner le mode Sport. La sonorité devient rauque et sourde grâce à un artifice : le retour de son dans les haut parleurs. Ces derniers amplifient le véritable son du moteur et le restituent dans l’habitacle.  Je vous mets au défi de dire quel type de carburant brûle ce moteur ! 

V8 essence ou L6 diesel pour la Série 8 Cabriolet ?

Par rapport à la M850i xDrive cabriolet dont l’essai est à retrouver ici, bien entendu, niveau sonorité il n’y a pas match. Cette dernière, en mode sport, à la décélération, « tousse » pour notre plus grand plaisir. Un moteur diesel n’est pas (encore?) capable de faire cela. Mais à l’accélération, les deux sonorités, certes différentes, sont très agréables ! Bien entendu, côté consommations, le match est inégal : BMW annonce 6,3 litres au 100 pour la 840d xDrive, contre 10 litres pour la M850i, elle aussi en transmission intégrale xDrive. Mais cette dernière offre 530 chevaux et passe de 0 à 100 en 3,9 secondes …

Essai Série 8 840d xDrive Cabriolet : En bref

  • La ligne
  • Les sensations
  • La finition
  • Le poids
  • Les échappements
En attendant la 840i, version essence du six cylindres, la 840d xDrive, mode sport enclenché, est un choix tout à fait acceptable pour un amateur de cabriolet. Si j'avais pu imaginer écrire ça un jour … 

Texte et photos : P. HORTAIL

A LIRE AUSSI : Essai BMW Série 8 Cabriolet M850i

Agrément de conduite 90%
Finition 90%
Equipements 90%
Coup de cœur 80%
0
BMW 840d Cabriolet (modèle essayé)
0 ch
CET ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ-LE !
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
Restez connectés
Facebook