Blog BMW

BMW Motorrad C1
Boutique Accessoires
Je réserve un essai
Occasions BMW

BMW Motorrad C1 : Dans sa bulle

Dans les années 1990, BMW planche sur un scooter sécurisant davantage ses utilisateurs : c’est chose faite en 1999 avec l’arrivée du scooter BMW Motorrad C1 reconnaissable à son arceau et sa bulle en verre. La bulle, c’était aussi du côté des ventes, ce qui en fait aujourd’hui un objet collector.

Flashback. En 1976, BMW présente son concept Quasar qui s’apparente à un deux roues avec un toit : il s’agira de la première ébauche de ce qui deviendra plus tard l’étude Z14 (en savoir davantage sur les codes de la nomenclature BMW en cliquant ici) dévoilée en 1998. Le modèle est certifié apte à la circulation sans casque par le département fédéral des routes Allemandes.

Entre la voiture et son habitacle fermé et son gabarit de scooter, la BMW C1 mélange les genres mais se revendique plutôt comme un scooter dont l’architecture permet de protéger son occupant en cas d’accident. ll est ainsi pensé pour celles et ceux qui ont besoin d’un véhicule pratique pour aller au travail mais qui ont du mal à passer de la voiture au deux roues à cause des risques associés. Avec la BMW C1, la marque propose une réponse à ces problématiques sécuritaires mais avec une seule place à bord et un espace de rangement réduit, les possibilités d’usages se restreignent également.

Construit par le carrossier italien Bertone (à qui l’on doit également la BMW Garmisch, à découvrir en photos ici), la BMW C1 est composée d’une cellule déformable avec une carrosserie, un arceau, des étriers protège-épaules et une ceinture de sécurité en croix : celle-ci doit être mise pour que le véhicule puisse démarrer. Les côtés du C1 sont parés de pare-chocs spéciaux absorbant l’énergie cinétique en cas de chute latérale, mettant à distance la tête du pilote à distance du sol. La face avant du C1 reste classique dans son dessin : sa forme rectangulaire permet d’accueillir une ampoule H4 à double filament mais dissimule également un élément déformable en polypropylène : en définitive, tout est fait pour que les clients potentiels soient rassurés à bord du scooter et qu’ils ne craignent pas les autres usagers de la route. Ils pesteront davantage contre le grand pare-brise en verre feuilleté qui était gênant dans les régions ensoleillées : il sera partiellement teinté sur sa partie haute en fin de carrière.

En plus de ces composants de sécurité passive, la BMW C1 bénéficiait d’un freinage ABS optionnel pour une conduite plus rassurante, en particulier pour ceux qui peuvent avoir des appréhensions sur leurs trajets quotidiens dans une circulation dense.

BMW Motorrad C1 : motorisations, ventes

Avec son châssis en aluminium, la BMW C1 profite d’une structure allégée (bénéfique pour les consommations et les émissions de CO2) et peut aussi compter sur son moteur monocylindre catalysé, à quatre soupapes. Celui-ci était également équipé d’un système d’injection électronique permettant au modèle de revendiquer le titre de scooter le moins polluant du marché avec 80 grammes de CO2 rejetés aux 100 kilomètres, le rendant apte aux normes Euro 3 en vigueur à l’époque. 

Le scooter avec toit de BMW était disponible en motorisation de 124 cm3 développant 15 chevaux, ou bien dans une version 200 de 176 cm3 pour une puissance de 18 chevaux. Le bloc est relié à la roue arrière par une transmission variable continue avec un limiteur de vitesse fixé à 103 km/h pour la version 125, et 112 pour le modèle 200. Ces faibles vitesses se justifient commercialement par un usage citadin privilégié par la philosophie du modèle mais également par le poids de la cellule de sécurité enveloppant le pilote : en effet, le poids global du C1 grimpe à 185 kilos.

Avec 33 764 exemplaires produits (24 296 en version 125 et 9 468 en version 200), la BMW C1 a eu une carrière discrète et relativement courte. En 2003, la production du scooter-carrosse s’arrête. Il laissera derrière lui les promesses d’une mobilité alternative qui n’aura pas réussi à convaincre le grand public. On retrouvera toute une collection d’équipements de pilote et d’objets dérivés spécifiques, preuve que BMW s’était donné tous les moyens pour faire de son C1 un succès jusqu’à produire une version spéciale qui se déplaçait sur les paddocks de F1 et qui a donné naissance à une série limitée Williams. Sa carrière aurait dû s’envoler mais elle aura été en demi-teinte : destin tragique d’un deux roues et sa bulle de verre au placement tarifaire proche d’une citadine. Aujourd’hui, on peut trouver un de ces modèles collectors pour 3 000 euros environ dans un état correct. Dans le domaine des deux roues atypiques, il y a également la BMW K1, à découvrir en cliquant ici.

BMW Motorrad C1-E : avec moteur électrique

En 2009, BMW Motorrad présente le C1-E Concept afin de participer au projet européen eSUM (European Safer Urban Motorcycling) inspiré du C1 dont il reprend le concept sécuritaire reconnaissable à son toit rigide et sa ceinture de sécurité. Le dessin général reprend celui du C1 avec quelques adaptations de style afin de moderniser l’approche qui restera malheureusement à l’état de concept. Aujourd’hui, le scooter électrique remplit le rôle du deux roues citadin électrique au look plus consensuel. Peut-être trop en avance sur son temps, le C1 pourrait-il faire son grand retour aujourd’hui, à l’heure où les constructeurs cherchent de nouvelles solutions de mobilités plus vertueuses et sûres ? En tout cas, on propose l’idée…

Photos - BMW Motorrad C1 & C1-E Concept

BMW X1 F48
VIDEO : acheter une BMW X1 F48 d'occasion
VIDEO : acheter une BMW Série 3 F30 d'occasion
VIDEO : acheter une BMW Série 1 F20 d'occasion
CET ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ-LE !
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
Restez connectés
Facebook