Logo BlogBMW

ESSAI BMW ACTIVE TOURER : A REDECOUVRIR

ESSAI BMW ACTIVE TOURER / On les pensait en perte de vitesse… voire condamnés à disparaitre. Pourtant BMW continue de croire aux monospaces et en maintient un dans sa gamme avec la série 2 Active Tourer. 

Nez pour s’affirmer

La BMW Active Tourer reprend à son compte la nouvelle calandre BMW, dotant ainsi le monospace de deux gros naseaux. L’objectif de ce nouveau design est de rendre encore plus reconnaissable une BMW. Je pensais que c’était déjà bien le cas avec l’ancienne version, mais visiblement je me suis trompé. Chacun appréciera. 

En dehors de cette particularité, on remarque les phares Full LED profilés et les feux à LED fins à l’arrière qui mettent un « coup de vieux » à l’ancienne version. Notre version d’essai, en version  M Sport et peint en « Sparkling Copper Grey métallisé » est sans doute la plus jolie configuration du catalogue. Les jantes en 19 pouces style 839 Individual bicolores (option à 950 euros) participent au look sportif.

Look sportif

Seul le look laisse penser que la 218d est une voiture sportive. Une fois en route, même si le châssis, comme sur l’ancien modèle, permet à la fois de disposer d’un bon niveau de confort (même si cela reste ferme) et de pouvoir rouler rapidement en toute sérénité, on comprend vite que les 150 chevaux font de leur mieux pour mouvoir les 1 600 kilos. 

Le moteur diesel quatre cylindres en ligne est couplé à une boîte 7 rapports à double embrayage (de série sur toute la gamme) qui, et c’est étonnant, donne quelques à-coups même en conduite de bon père de famille. Fort d’une cylindrée de 1 995 cm3, il distille un couple de 360 Nm sur une plage de régime qui va de 1 500 à 2 500 tr/min. On passe de 0 à 100 km/h en 8,8 secondes et on peut passer devant un radar, au mieux, à 220 km/h. 

La sonorité étonne positivement quand on sollicite toute la puissance et on peine à penser que l’on conduit un moteur diesel. Autre point positif : la consommation. BMW annonce une consommation de carburant en cycle mixte comprise entre 4,8 et 5,1 l/100 km en cycle mixte WLTP. Sur notre trajet, en grande majorité sur voies rapides, entre 80 et 110 km/h, l’ordinateur de bord a affiché… 4,4 litres pour 100 km en moyenne sur 100 km. L’hybridation légère de 48 Volts n’est pas encore disponible (seulement sur la 220i) sur les ce moteur. Elle pourrait encore améliorer ce score !

A bord de la BMW Active Tourer

A bord de la BMW Active tourer 2022, on découvre, et je regrette, que le tableau de bord typique de la marque a disparu. Il faut s’y faire… A la place, on trouve un écran « BMW Curved Display » de série comme sur la BMW iX. C’est une première sur une BMW destinée à une grande diffusion. 

Le conducteur a sous ses yeux un écran d’information de 10,25 pouces et d’un écran de contrôle de 10,7 pouces. Le système de navigation basé sur le cloud BMW Maps dispose d’une option d’affichage augmenté comme sur l’iX. La caméra intérieure permet de prendre des photos ou d’envoyer des clichés de l’habitacle sur le smartphone du conducteur. La molette iDrive a disparu et il faut un peut de temps pour s’adapter à cette nouvelle ergonomie qui me parait… moins ergonomique justement. Exit les boutons de climatisation si pratiques qui permettent très rapidement de modifier la température ou autre. 

Les designers ont mis en place un accoudoir « flottant » entre le conducteur et son passager grâce à une platine de commande intégrée pour accueillir le nouveau levier de vitesses, le bouton de réglage du volume, le choix des modes de conduites etc. Ces derniers apparaissent à l’écran et il faut les choisir en tapotant dessus. Point positif : enfin on dispose d’un emplacement smartphone avec un chargeur à induction qui permet de garder un oeil sur Waze par exemple si on n’a pas choisi de passer par Apple CarPlay ou Android Auto. 

Les cinq sièges sont accueillants et l’espace à bord est le point fort de l’Active Tourer. en comparaison avec un X3 par exemple ou encore une Série 3 Touring. Pour la toute première fois, la protection des occupants comporte un airbag intercalé entre les deux sièges avant.

Enfin, la capacité de chargement peut être portée de 470 litres à 1 455 litres sur la BMW 218i Active Tourer et la BMW 218d Active Tourer, et de 415 litres à 1 405 litres sur la BMW 220i Active Tourer. La banquette arrière coulisse sur 13 centimètres au profit soit du volume du coffre, soit de la place pour les passagers. Le hayon est à commande automatique de série et l’attelage en option, qui sort électriquement de dessous le pare-chocs, permet de tracter, selon le modèle, jusqu’à 1 400 kg.

Avis essai BMW Active Tourer

BMW pense aux familles car, quoi qu’on en dise, un SUV n’offre pas le même espace à bord et on se prend à redécouvrir le coté agréable d’un monospace. Confortable, sobre et à la pointe de la technologie de la marque, l’Active Tourer devrait rencontrer de nouveau son public. Les modèles hybrides rechargeables proposeront pour la première fois la cinquième génération de la technologie BMW eDrive.

A partir de 34 200 euros (218i).
Modèle essayé : 48 020 euros.

ON AIME

  • La consommation
  • Le châssis
  • L’espace à bord


ON AIME MOINS 

  • La nouvelle calandre
  • Le nouveau tableau de bord

NOS ESSAIS DE L’ANCIENNE VERSION :