Blog BMW

Boutique Accessoires
Je réserve un essai
Occasions BMW

Essai BMW 540i xDrive : le bon compromis

La BMW 540i xDrive entre nos mains

La série 5 a fait peau neuve. Adieu la F10, bonjour la G30, septième d’une longue lignée commencée en 1972 avec la E12. Chaque nouvelle génération doit apporter son lot d’améliorations. Mais la précédente était déjà une très bonne voiture. Alors, faut-il craquer pour la dernière née ? Réponse avec notre essai de la BMW 540i xDrive.

Design

Même s’il s’agit d’un critère totalement subjectif, on peut dire que le look de la nouvelle BMW Série 5 est réussi. On a la sensation de découvrir une Série 7 plus petite. Un peu comme quand la Série 5 E34 était sortie et reprenait partiellement le style de sa grande sœur, la Série 7 E32 (vous suivez ?). La face avant, avec sa calandre élargie jusqu’aux phares, s’inscrit dans la lignée du nouveau design de la marque de Munich et remplace avantageusement l’ancienne génération.

Au régime

Par rapport à sa devancière, la dernière née s’est mise au régime. Sans employer de carbone comme la Série 7, elle arrive à maigrir de 100 kilos en moyenne grâce à la solution de construction légère BMW EfficientLightweight. Ce joli nom cache un concept qui augmente la part de l’aluminium et de l’acier à haute limite élastique. Cette amélioration profite aux performances, au comportement routier et aux consommations. Ces dernières sont d’ailleurs aussi aidées par, selon la variante, un coefficient de pénétration dans l’air (cx) de 0,22.

Motorisations

La nouvelle BMW Série 5 se dote d’une gamme de moteurs essence qui commence à la 530i xDrive. Attention, elle ne dispose pas du 6 cylindres atmos-phéérique (jeu de mots inside) mais du nouveau 4 cylindres en ligne de 2 litres de cylindrée équipé de la technologie BMW TwinPower Turbo qui fournit un couple maximal de 350 Newtons-mètres et débite une puissance maximale de 252 ch. Je n’ai pas pu le tester mais si il est aussi peu agréable que celui de l’ancienne version testée ici, on peut en rester là. Pour la beauté du geste, précisons qu’en cycle mixte, sa consommation est de 6,0 litres aux 100 kilomètres selon BMW, ce qui correspond à des rejets de CO2 de 137 grammes par kilomètre. Au passage, il signe le 0 à 100 km/h en 6,0 secondes et file à une vitesse maximale de 250 km/h.

Mais le moteur qui nous intéresse au plus haut point, c’est celui qui équipe la 540i xDrive. En attendant la nouvelle M5 qui aura elle aussi 4 roues motrices et devrait faire plus de 610 chevaux, il propose un six cylindres en ligne TwinPower Turbo d’une puissance de 340 ch. Ce 3 litres se targue d’un couple de 450 Newtons-mètres. Selon BMW, on dévore le 0 à 100 km/h en seulement 4,8 secondes,  soit un temps meilleur que celui d’une M5 V8 E39 tout en ne consommant que 6,9 litres aux 100 kilomètres.

A bord, il faudra bien tendre l’oreille pour entendre le six cylindres qui est très discret dans la première partie du compte tours. Il murmure ensuite pour enfin se faire un peu entendre à partir de 4500tr mn. C’est dommage car cela gomme les sensations même si la poussée est bien présente.

Au niveau du comportement routier, on a encore passé un cap avec une châssis qui allie le confort à basse vitesse à la sportivité quand c’est nécessaire. Les petites routes du Portugal nous ont permis de nous amuser sans jamais se sentir en difficulté. La direction est précise et la boite automatique est rapide, avec un petit à-coups volontaire au passage du rapport supérieur quand on est en mode « attaque ». Sur route sèche, on ne voit pas comment on peut espérer prendre en défaut la motricité.

Toujours plus de technologie

Ces derniers temps, les articles des essais ont tendance à s’allonger en raison des technologies embarquées. Vous en faire la liste complète risquerait de vous donner un bon mal de crâne. On se demande même si bientôt on ne devrait pas faire des articles complets uniquement sur ce sujet.

Pour « assister » encore plus le conducteur, la nouvelle Série 5 reçoit de série une caméra qui surveille l’environnement de la voiture en interaction avec des capteurs radar et à ultrasons optionnels. Du coup, on dispose de l’assistant d’évitement, de celui d’intersection, de son cousin d’angle mort et de franchissement de ligne, rejoints par la protection active anti-collision latérale qui surveille les voies de circulation ainsi que la situation routière à côté de la voiture et soutient le conducteur activement par un couple de correction sur le volant en cas de risque de collision…. Heu… si vous avez un accident avec auto, c’est vraiment pas de chance !

Ne partez pas, ce n’est pas fini. Comme le disait Pierre Bellemarre à Maryse dans son télé achat, on vous offre aussi le régulateur actif vitesse-distance et l’assistant directionnel et de contrôle de la trajectoire,  la reprise de limitations de vitesse que l’assistant de limitation de vitesse (ha, je l’avais oublié celui là…) met à la disposition du régulateur de vitesse.

Revenez ici car vous allez apprendre que, de l’arrêt jusqu’à une vitesse de 210 km/h, la voiture aide le conducteur, s’il le souhaite, en effectuant les accélérations, les freinages et les braquages et que la nouvelle BMW Série 5 est équipée de l’iDrive de la nouvelle génération équipé d’un écran haute résolution de 10,25 pouces. On commande le système à l’aide du controller iDrive, par voie vocale, par gestes ou par le biais de l’écran qui devient tactile.

La nouvelle BMW Série 5 mise aussi sur l’interconnexion avec le service Microsoft Exchange.  Les utilisateurs de Microsoft Office 365 ont pour la première fois la possibilité de synchroniser les e-mails, les entrées de calendrier et les contacts et de les traiter à bord de leur voiture. On retrouve bien sûr le stationnement autonome télécommandé grâce à la clé qui permet de garer la BMW Série 5 dans les emplacements étroits en gérant la manœuvre à distance (voir la démonstration en vidéo ci-dessous.)

Au final

La 540i xDrive est un très bon compromis. Elle offre un confort qui progresse encore tout en y ajoutant une dose de sportivité. Mais pour un 6 cylindres, on aurait aimé l’entendre plus. Le style extérieur évolue positivement pendant que l’intérieur progresse en terme de qualité. Vous êtes autorisé à craquer pour elle.

Texte, photos et vidéo : P. HORTAIL

 

GALERIE PHOTO BMW 540i

CET ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ-LE !
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
Restez connectés
Facebook
Instagram