BLOG BMW

Essai BMW 118d : la série 1 soigne son look

Lors de sa sortie en 2011,  la BMW Série 1 F20 avait reçu un accueil mitigé en ce qui concerne son design. Mais ses qualités lui ont permis de réussir une belle carrière. Nul doute que le restyling dont elle vient de bénéficier va lui permettre de réaliser une belle seconde partie de carrière.

Essai-BMW-Serie-1-restylée--17

Quelques chiffres 

L’ancienne Série 1 (nom de code E87) est apparue en 2004, en cinq portes. En 2007, elle a bénéficié d’une « relooking » et d’une version trois portes, accompagnée du coupé. Le cabriolet est sorti en 2008. C’est en 2011 que la F20 actuelle est arrivée en concession. Un an après sont apparues les versions trois portes, xDrive et M135i. Cependant, à la lecture des chiffres de vente, on s’aperçoit que c’est en 2008 que 14 770 Série 1 (trois et cinq portes en E87) on trouvé acquéreur. Un record que la Série 1 F20 première version n’a jamais atteint, réalisant au mieux 12 574 ventes en 2013. Certains ont imputé ce score a un design discutable…

Un design « BMW »

Aussi, lors deEssai-BMW-Serie-1-restylée--27 la traditionnelle mise à jour du milieu de carrière, les designers BMW ont offert à la Série 1 un look plus dans « l’esprit » de la marque et pour cela ont retravaillé en profondeur leur copie, au point qu’on pourrait presque parler d’un nouveau modèle.  Commençons par l’arrière : la forme des feux en L est de retour. Ce style si typique apporte à la nouvelle Série 1 un coté plus statutaire au sein de la gamme. Maintenant, les feux sont incrustés dans le hayon. L’emploi de feux à LED permet de prolonger la forme en « L » et le feu antibrouillard fait également appel à cette technique.

L’avant est allé puiser son inspiration chez la Série 3 au niveau des phares qui sont totalement Essai-BMW-Serie-1-restylée--15redessinés et qui sont disponibles, pour la première fois, en version tout LED (feux de croisement et de route, clignotants, antibrouillard – en option). Sur tous les modèles de la nouvelle BMW Série 1, les phares ronds doubles intègrent de série un éclairage diurne à LEDs.

Les clignotants sont logés dans la zone extérieure de chaque ensemble optique. Les phares adaptatifs à LED émettant un faisceau qui suit le tracé de la route et s’inscrivant donc en virage, sont également en option. Enfin, la partie avant dispose de naseaux plus grands. Une version Gran coupé sur base de série 2 aurait un look terrible…

A l’intérieur, retouches mineures

Essai-BMW-Serie-1-restylée--5Les propriétaires de la version précédente ne seront pas dépaysés à bord. On retrouve l’orientation du poste de conduite vers le conducteur, typique de la marque. La finition est toujours aussi bonne et les nouvelles garnitures des sièges comprennent une version tissu à structure particulièrement fine et une association tissu/cuir également nouvelle. La dotation standard de la nouvelle BMW Série 1 a été enrichie de la radio BMW et du système de commande iDrive.

On trouve de série l’écran de contrôle de 6,5 pouces intégré en position centrale dans le tableau de bord et le controller disposé sur la console centrale. Certains détails ont été revus : les sorties d’air ainsi que les pavés de commande de la radio et de la climatisation automatique sont sertis de chrome et les commandes de la radio et de la climatisation sont entourés de surfaces de couleur noir brillant.

Connected drive encore plus connecté

La nouvelles BMW Série 1 reçoit, en option, le régulateur vitesse-distance actif avec fonction stop & go assisté par radar. L’assistant au stationnement évolue et vous permettra de vous en bataille ou perpendiculairement au trottoir. Mais la nouveauté la plus importante concerne, de série, la présence d’une carte SIM fixe pour les fonctions Appel d’urgence intelligent et BMW TeleServices. Elle permet aussi d’accéder aux services de mobilité optionnels passant par internet : BMW Online, info route en temps réel, musique à la demande et divertissement en ligne font partie de la panoplie. Enfin, le GPS met sa carte à jour tout seul grâce à cette SIM.

Nouveaux moteurs 

Essai-BMW-Serie-1-restylée--23Une nouvelle génération de moteurs (B37/B47) diesel fait son apparition sous le capot de la Série 1 version 2015 : 116d (116 ch – 3 cylindres) / 118d (150 ch – 4 cylindres) / 120d (190 ch, 4 cylindres) / 125d (224 ch – 4 cylindres). Du côté des blocs essence, la 116i est un trois cylindres qui développe 109 chevaux et se positionne en dessous des 4 cylindres 118i (136 ch), 120i (177 ch), 125i (218 ch) et de la terrible M135i (essayée en cabriolet ici) et son génial 6 cylindres de 326 chevaux.

 A noter : sur toutes ces motorisations, seules les 125i (900 euros) et M125i (2200 euros) doivent s’acquiter d’un malus…

Volant en mains

Essai-BMW-Serie-1-restylée--25Notre monture pour cet essai est la 118D forte de 150 chevaux en finition M sport. Personnellement, je l’ai trouvée magnifique ainsi parée… Mais du coup (du coût ?) le prix passe de 29 900 euros à 35 000 euros… A ce prix, il faut ajouter l’excellent boite automatique.

Avec ces  150 ch à 4 000 tr/min et son couple maximal de 320 Nm entre 1 500 et 3 000 tr/min, elle signe de très bonnes performances : 0 à 100 km/h en 8,3 secondes (B.V.A. : 8,1 secondes). La vitesse maximale (sur circuit bien sûr) est de 212 km/h. Sur les routes de la Corse, le châssis s’est montré à la hauteur même s’il est plus typé « confort » que sport. La voiture adopte une certaine neutralité lors des mises en appui et encaisse des freinages en courbe sans brocher, voire des corrections de trajectoire en plein virage. Lors d’un usage normal, vous serez en parfaite sécurité. Les consommations annoncées par BMW sont, en moyenne, de 4,3 litres pour parcourir 100 kilomètres. Mais comptez plutôt sur 5,5.

Conclusion 

On savait que la 118d avait des qualités (voir notre essai ici de l’ancienne version). Elle y ajoute le look et arrive sur un marché concurrentiel où, en plus, elle propose des loyers très bien placés…

  • Nos dernières vidéos...

  • Le BMW ConnectedDrive expliqué en vidéo

  • Essai de la BMW Série 2 Gran Tourer

  • BMW Genève 2016

  • La BMW Série 2 Active Tourer face à la BMW Série 2 Gran Tourer

  • Poursuivez la discussion sur le forum...

    4 commentaires

    1. benoth

      bonjour
      vous parlez d’essai mais à part recopier les données constructeurs que l’on sait je ne vois aucun apport..?
      nous aurions aimé vos impressions sur le nouveau bloc 150cv par exemple (non comparable en conduite avec l’active tourer 218d), sur les efforts en matière d’insonorisation, sur la fonction gas au rétrogradage, etc… car aucun essai n’est proposé pour l’instant sur cette motorisation dans les magazine ni sur la toile..
      si vous avez la bonne idée de compléter ….merci!

    2. phortail

      Pour Benoth, histoire de vous aider à mieux comprendre…

      « vos impressions sur le nouveau bloc 150cv par exemple (non comparable en conduite avec l’active tourer 218d) » : Le nouveau moteur est un peu plus discret et plus agréable (moins rugueux) que le 143 chevaux. Mais ce n’est pas non plus le jour et la nuit. C’est une évolution de celui essayé ici : http://www.blogbmw.fr/essai-bmw-118d-avec-le-pack-m-sport/

      « Sur les efforts en matière d’insonorisation » : La nouvelle 118d est plus discrète.
      « Sur la fonction gas au rétrogradage » on en parle dans une vidéo à venir.

      Comme indiqué dans le titre, la Série 1 soigne surtout son look. Tout le reste porte porte sur de petites évolutions.

    3. benoth

      ok merci pour cette réponse
      par contre, juste une précision, au niveau châssis y a t-il des évolutions notables ? car en lisant l’article que vous m’indiquez, il était indiqué dans l’essai que les amateurs de châssis sportifs seraient gâtés. Or dans l’essai de la LCI, vous dites qu’il est plus typé « confort » que sport ?
      merci

    4. phortail

      Vous avez raison, très bonne remarque. En effet, lors de l’essai, la LCI m’a paru plus « souple » que la version précédente, avec des suspensions qui verrouillent moins. Du coup, c’est plus agréable au quotidien. Mais personnellement, je préfère l’ancienne sur ce point.

    Laisser un commentaire