Blog BMW

Boutique Accessoires
Je réserve un essai
Occasions BMW

Le Design de la Série 1 expliqué par Nicolas Huet

La nouvelle Série 1, nom de code F20, est élégante et dispose d’un design très étudié. A la lecture de ces quelques mots, certains de nos lecteurs vont nous envoyer des mails pour nous expliquer que c’est une affaire de goûts (nous sommes d’accord). Certains propos seront moins mesurés comme cela fut le cas lors de la diffusion des premiers clichés sur la toile. Et pourtant, quand c’est Nicolas Huet qui nous parle du design de la nouvelle série 1, on l’écoute. Pourquoi ? Parce que c’est lui qui a dessiné la petite nouvelle.

[flickr id= »6217881959″ thumbnail= »medium_640″ overlay= »true » size= »original » group= » » align= »none »]

Parole de designer.

Nicolas est entré chez BMW Teknik, un studio parallèle d’où sont sortis, par exemple, le Z1, le Z13, le Just for fun, le scooter C1. En 2001, il est passé au studio design et la Série 1 F20 est la première voiture qu’il a dessiné entièrement : « nous ne voulions pas repartir d’une feuille blanche et tout refaire » explique dès le départ Nicolas car « la première génération a eu beacoup de succès et nous avons voulu en reprendre l’esprit et le caractère afin que les gens qui verront la nouvelle version se disent que c’est bien la série 1 qu’ils ont sous les yeux et pas une série 3« .

Avant

Pour donner un côté « sympathique » à sa création, Nicolas Huet a souhaité que les phares soient assez hauts comme sur l’ancienne version. Une paupière a été ajoutée ainsi qu’un soulignement par LED.  « Les doubles optiques typiquement BMW reçoivent des clignotants placés à l’intérieur des feux de route ce qui nous a permis d’écarter les phares au maximum sur le bord des ailes« . Vue de nuit, la nouvelle Série 1 F20 donne l’impression d’être beaucoup plus large que sa devancière.

Le contour des phares est repris par des lignes de carrosserie. Ce contour vient « mourrir » dans le haricot et dans l’aile. L’autre ligne, horizontale, est reprise dans le haricot et l’angle des lamelles qui le compose est accentué pour rappeler la « calandre inclinée à l’envers » ou « Shark Nose » comme sur les série 3 E21 par exemple (la première génération).

Les « angels eyes » sont légèrement aplatis comme sur la série 6 pour donner un côté plus dynamique. Les phares au xénon sont soulignés par des parties en argent.

Profil

Les lamelles des entrées d’air sont en trois dimensions vues de dessus et en deux dimensions de face.

Le capot est « la symbolique du langage de design de BMW avec le contraste d’arêtes qui disparaissent et viennent mourir dans la surface et d’autres, plus prononcées« . Suivant la lumière, elles sont visibles ou pas « et prennent vie pour donner des jeux d’ombres et de lumière selon la façon dont la source lumineuse se plaque sur la surface. »

L’arête qui reprend sur le pied du rétroviseur a nécessité un gros travail au niveau technique pour ajuster toutes les lignes pour que le montage des différentes pièces de carrosserie soit parfait.

Le pan Hofmeister, si cher à BMW, a été travaillé au maximum. Ainsi, sur la porte arrière, la ligne qui remonte prolonge ce fameux angle de la vitre latérale arrière pour apporter de la dynamique à l’ensemble. On voit bien avec cette photo le reflet de l’herbe.

Dans le pilier avant et sur le toit, on a une cassure qui a pour but, optiquement, de réduire la hauteur de la voiture. Elle se termine sur l’aileron arrière.

La ligne de bas de caisse se retrouve sur le pare-chocs arrière.

« Je ne voulais pas dessiner un élément seul mais toujours créer une harmonie d’ensemble » précise Nicolas Huet. Les pneus participent aussi au design car, quelle que soit la taille que vous choisirez, les flancs seront toujours à fleur de la carrosserie grâce au travail des ingénieurs qui « ont fait en sorte que la suspension et les jantes permettent de ne pas avoir des roues qui « rentrent » avec des pneus hivers par exemple. »

Et l’arrière ?

Les lignes horizontales, sur toute la largeur du pare chocs avant et arrière, « participent à cette sensation de largeur et nous permettent de les mixer avec la ligne des entrées d’air, plus dynamique« .

Les surfaces autour des deux feux arrière rappellent celles des phares avant. Nicolas précise que « le dessin du coffre de la série 1 ancienne version était typique et nous avons voulu la reprendre car c’est une chose qui la caractérisait beaucoup. Mais nous l’avons traité différemment et de façon un peu plus adoucie« .

L’ombre insérée dans le phare a une raison purement aérodynamique et permet de gagner quelques points de Cx ! Sa position a été dessinée dans la soufflerie.

L’antenne a été retravaillée. En l’affinant jusqu’au bout, « nous avons gagné trois points en aérodynamique« . Les rétroviseurs aussi participent à un meilleur Cx grâce à l’arête en bas qui se comporte comme un diffuseur. Les petits ergots ont pour but de cacher les jointures des moules.

Pour la première fois, « nous avons mis les répétiteurs de clignotants dans les rétroviseurs pour avoir un flanc très pur« .

L’aileron arrière est plus grand, permet de réduire la hauteur de la vitre arrière et de donner une impression de largeur. Enfin, l’échappement a été soigné car, sur l’ancienne version, il n’était pas très élégant jusqu’à l’arrivée du restyling.

Conclusion

Après une telle visite guidée et une séance photo, on perçoit mieux le style de la série 1. Fidèle au style initiée par Bangle, elle joue avec la lumière grâce à  ses formes et à ses angles. La preuve en images ci-dessous !

Texte et photos : P. HORTAIL

CET ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ-LE !
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
Restez connectés
Facebook