BLOG BMW

Essai BMW X6 : le grand bluff

Les SUV et leurs dérivés  « ça consomme beaucoup et ça tient pas le route ». Vous êtes sûr ? Parce que notre essai du tout nouveau BMW X6 nous a prouvé le contraire. Les idées reçues prennent une petite claque grâce au X6 M50d.

essai BMW X6 F16 23

Une gamme X « toute neuve »

essai BMW X6 F16 33En dehors du X1, dont le remplaçant devrait arriver courant 2015, la gamme X est entièrement nouvelle. Restyling du X3, nouveaux X4, X5 et maintenant X6 et futur X7 ! En dehors du X1, tous les X4 sont assemblés dans l’usine de Spartanburg, située aux USA. Pour répondre à la demande, la capacité de production est passée de 300 000 voitures par an à 450 000.

Au total, 2.8 millions de X sont sortis de la chaîne depuis 1994. Cette gamme représente 30% des ventes de BMW. Et si on regarde de plus près la répartition, on s’aperçoit que le X6 représente 40% des ventes du duo X5/X6  Il s’agit donc d’une voiture qui a trouvé son marché et qui, alors qu’elle en est à sa seconde mouture (la première fut lancée en 2008), n’a toujours pas de concurrent après 260 000 exemplaires vendus, dont 8 600 en France.

Le X5, en plus sportif

essai BMW X6 F16 21Souvenez-vous de l’essai du X5 et imaginez que le X6 est encore plus sportif. Cette fois, ce sont les routes humides et grasses du haut Var qui nous ont offert leurs virages, pièges et autres passages rapides afin de tester les qualités dynamiques du X6 dont le nom de code est F16 (l’ancien était le E71). Comme l’avion de chasse américain ! Ce hasard dans la numérotation résume bien l’esprit  du dernier né de chez BMW. Agile, sûr et précis, il enroule les courbes ou passe les enfilades rapides comme sur des rails, rivé au sol et prenant très peu de roulis.

Pour arriver à ce résultat bluffant, les ingénieurs de BMW ont doté le X6 M50d d’un réglage spécifique privilégiant l’essieu arrière même dans les virages négociés à vive allure. En virage, le couple moteur est envoyé pour sa plus grande partie à l’essieu arrière alors que la voiture affiche encore un état dynamique stable pour accroître l’agilité de la voiture et contrecarrer toute tendance au sous-virage.

essai BMW X6 F16 20A cela ils ont ajouté le pack Suspension Adaptative, de série, qui comprend l’amortissement variable piloté ainsi qu’une suspension pneumatique avec correcteur d’assiette sur l’essieu arrière. Les ressorts,  les amortisseurs et la direction reçoivent un réglage spécifique.

Et comme si cela ne suffisait pas, également de série, on trouve le pack Dynamic Drive (contrôle dynamique de la Transmission avec répartition variable du couple entre les roues arrière et l’antiroulis actif.)

Maître à bord, le conducteur peut alors choisir en les modes « SPORT », « SPORT+ » qui modifient le tarage des ressorts et amortisseurs ainsi que la loi directe de l’assistance à la direction.

La boite de vitesse à 8 rapports avec palettes au volant, est, comme sur le reste de la gamme, un régal. Les passages se font rapidement et le X6 M50d atteint les 100 km/h en 5.2 secondes (-1 dixième par rapport au E71), bien aidé par ses 4 roues motrices et son couple de 740 Nm dès 2 000 tr/mn ! Avec 381 chevaux pour une cylindrée de 2993 cm3, ce moteur M Performance TwinPower Turbo comprend trois turbocompresseurs et sait se montrer frugal car, en usage sportif, la consommation ne s’envole pas et l’ordinateur de bord peine à dépasser les 11 litres de gazole en moyenne ! Selon BMW, en cycle urbain, on est à 7.2 litres pour 100 kilomètres et 6.3 hors agglomération. Le tout avec un niveau de rejet de CO2 de 174 grammes au kilomètre seulement.

Au final, on se demande où sont passées les 2.2 tonnes du X6 et seule une descente pourra faire souffrir les freins mais il faudra alors avoir adopté un rythme rapide et sportif pour venir à bout des disques de 385 millimètres (à l’avant) et 345 millimètres (à l’arrière).

Design

essai BMW X6 F16 1Quand on met l’ancien et le nouveau X6 côte à côte, on perçoit l’évolution du design. Plus affirmé, il conserve le long capot moteur, le grand empattement et le porte-à-faux réduit à l’avant. Les dimensions sont très proches : 4.91 mètres de long pour le F16 contre 4.88 pour le E71. Les 3 centimètres en plus sont situés à l’avant et participent à l’absorption des chocs. En hauteur, le nouveau X6 croit de 23 mm. Le Cx de 0.32 (pour le 30d – contre 0.34 pour le E71) participe aux économies de carburant.

La ligne de caisse est maintenant divisée en deux, comme sur le X4, avec une seconde partie qui démarre à hauteur du passage de roues. Les naseaux BMW sont différents de ceux du X5 et la lunette arrière est plus grande pour offrir plus de visibilité. L’absence d’essuie-glace arrière, si elle participe au style, est pénalisante à l’usage. On retrouve les diffuseurs aérodynamiques avant « Air Curtains » intégrés dans les prises d’air extérieures du bouclier avant et « Air Breather » dans les ailes avant, qui conjuguent leur action pour réduire les turbulences au niveau des passages de roues.

Le X6 M50d soigne son look grâce à de grandes prises d’air, à des boucliers avant/arrière et des bas de caisse spécifiques. Les lames horizontales « Ferricgrau » dans les prises d’air extérieures, le Shadow Line brillant et les sorties d’échappement trapézoïdales en finition chrome foncé finalisent le tout.

Vie à bord

essai BMW X6 F16 8A l’intérieur, on frise le sans faute ! On apprécie le look de la sellerie bi-ton, la planche de bord, les hauts de contre-portes et le volant M gainé cuir. On peut changer les ambiances de couleur des sources de lumière qui parcourent l’habitacle. A l’arrière, on regrette que le toit ouvrant ne soit pas panoramique.

Pour un tarif qui commence à 98 900 euros, le X6 M50d reçoit, de série, en plus des équipements M Sport, Ligne personnalisée « M Performance » (entrées d’air latérales de la jupe avant avec lamelles « Ferricgrau », coques de rétroviseurs extérieurs « Ferricgrau », inscription arrière « X6 M50d » en chrome foncé, sorties d’échappement trapézoïdales en chrome foncé, levier de sélecteur de boîte de vitesses automatique Sport orné du logo M, logo « M50d » dans le combiné d’instrumentation, seuils de portes à l’avant siglés « M50d », jantes en alliage léger exclusives 20 pouces), le Pack Dynamic Drive (suspension antiroulis active « Dynamic Drive » et contrôle Dynamique de la Transmission) et la direction Servtronic M avec réglages spécifiques.

Notre modèle d’essai  s’échange contre un chèque de 117 420 euros.

Conclusion

Le X6 M50d offre un niveau de prestation inconnu à ce jour dans le monde des SUV. Son tarif est à la mesure de sa performance et la concurrence va devoir faire très fort pour venir le titiller…

On a aimé

La tenue de route pour une voiture de cette taille,

Le moteur et sa sonorité,

La ligne,

La finition,

Le confort.

On a moins aimé

Les freins en usage très intensifs,

Pas d’essuie-glace arrière,

Le petit toit ouvrant.

  • Nos dernières vidéos...

  • Le BMW ConnectedDrive expliqué en vidéo

  • Essai de la BMW Série 2 Gran Tourer

  • BMW Genève 2016

  • La BMW Série 2 Active Tourer face à la BMW Série 2 Gran Tourer

  • Poursuivez la discussion sur le forum...

    2 commentaires

    1. Charlyoleg

      BMW a ouvert une co-entreprise avec Dacia pour fournir les cuirs? C’est quoi ces vilains plis dans tous les sens?

    2. BMstar

      Les lois de la physique s’appliquent à tous et à tout: un centre de gravité plus haut signifie une tenue de route en virage moins bonne. Pourquoi pensez-vous que toutes les voitures hyper rapides sont au raz du sol? Pourquoi BMW diminue la garde au sol de ses séries M par rapport aux berlines standards de la marque?

    Laisser un commentaire