Logo BlogBMW

Essai BMW 330e: Une hybride pour un type de conduite

C’est en Charente Limousine, dans les alentours d’Angoulême que nous avons pris possession d’une Série 3 atypique. Après le X5 xdrive 40e, la marque poursuit l’hybridation de sa gamme, »i Performance », avec cette fois-ci le modèle aux 14 millions d’exemplaires vendus, la Série 3 dans sa version 330e.

Essai BMW 330e 2

Ces dernières années, deux lettres viennent de faire leur apparition dans la nomenclature de la firme bavaroise, le i et le e. Deux lettres très proches car BMW i, marque à part entière au sein du groupe BMW, fait profiter de son expérience dans le développement des systèmes hybrides et électriques à la gamme standard pour donner des version plug-in hybrid « e ».

Essai BMW 330e 13Le SUV X5 a été le premier à en faire l’expérience (voir vidéo X5 xdrive 40e du BlogBMW) mais les autres modèles vont suivre. Alors pourquoi cette évolution? La première raison est de faire baisser le niveau d’émissions de CO2 de la flotte de la marque mais également répondre à un besoin de certains clients.

Si le passage à l’électrique est encore un choix audacieux en France, les modèles hybrides bénéficient d’un intérêt plus important. Aujourd’hui, avant même de se soucier de l’environnement, en cette période de crise, les Français veulent surtout réaliser des économies. La BMW i3 est d’ailleurs vendue dans sa grande majorité avec l’extender, la crainte de se retrouver avec les batteries à plat étant encore trop forte.

La BMW 330 repose sur la motorisation de la 320i à savoir un 4 cylindres essence de 184 ch pour 290 Nm de couple. Sur cette version le moteur électrique (88 ch/ 250 Nm) est installé également à l’avant et les batteries sont logées sous le plancher du coffre à l’arrière (batterie lithium-ion 7,6 kWh). Résultat, la capacité du coffre se voit réduite passant de 480 litres à 370 litres car le plancher a dû être relevé pour placer les batteries. Essai BMW 330e 17Le système hybride fait son poids. Il faut ajouter 200 kg par rapport à la version essence correspondante!

En terme de performance, la BMW 330e offre une puissance combinée de 252 ch et 420 Nm de couple et réalise un 0 à 100 km/h en 6,1 secondes avec un rejet en CO2 sous la barre des 50 g/km. Elle utilise le même système de fonctionnement que le X5 xDrive 40e, la transmission intégrale en moins.

Pour charger la voiture, soit vous utilisez une prise classique soit une borne de recharge, le câble de chargement est fourni dans une housse dans le coffre de la voiture et la trappe de charge se situe à l’avant gauche. Il faut compter 3h15 sur une prise domestique et 2h15 sur un système de charge rapide.

[nextpage title= »Les modes de conduite »]

Les modes de conduite

Essai BMW 330e 9Comme sur la BMW Série 3 « classique », les modes de conduite Sport ou Eco Pro sont disponibles mais à cela s’ajoute l’eDrive. 4 fonctions permettent au conducteur de gérer son utilisation de l’hybridation.

Auto eDrive: C’est la voiture elle-même qui juge de l’intérêt ou non d’employer le moteur électrique en fonction de votre conduite. C’est le mode par défaut!

Max eDrive: Vous imposez une conduite 100% électrique au détriment de l’autonomie. Il est possible de rouler avec ce mode jusqu’à une vitesse de 125 km/h sur la 330e.

Essai BMW 330e 12Save: C’est le mode par anticipation! Vous roulez sur autoroute mais vous savez que vous allez arriver en ville et que vous aurez besoin de basculer sur le moteur électrique. Il économise la batterie et offre une charge effective jusqu’à 50%

Charge: La voiture va se charger pendant que vous roulez. Une recharge active possible jusqu’à 90% en passant en mode Sport.

Mais attention cela à une conséquence sur votre consommation de carburant (augmentation).

Sur la route

Essai BMW 330e 25Démarrer une BMW Série 3 et ne pas entendre le moteur, cela peut surprendre dès la prise en main de cette BMW plug-in Hybrid. Nous étions à bord d’une 330e avec une finition luxury et BMW Individual. Le grand luxe. Au départ de la gare, petite virée dans la ville d’Angoulême et le silence est au rendez-vous. En mode Auto eDrive, la voiture utilise exclusivement le mode 100% électrique. Une sensation plutôt agréable. Une fois quitté la ville, petite portion d’autoroute et enfin la voiture monte le volume du son.

Enfin, on finit notre parcours par une départementale, enchaînant les grandes lignes droites et les petits villages. Sous 50 km/h, l’électrique reprend ses droits et dès que vous appuyez un peu plus sur l’accélérateur, le thermique se remet en route.

En ayant utilisé le véhicule, en ville, sur autoroute et sur route, on arrive à une moyenne d’environ 5,8 litres aux 100 km. A titre de comparaison, la BMW 320i est annoncé avec une consommation de 6,4l. Au final, il faut savoir trouver le bon réglage pour optimiser votre consommation. Cela demande un peu de temps mais cela peut s’avérer payant.

Une voiture connectée comme les BMW i

Comme pour les BMWi, les nouveaux modèles plug-in hybrid à l’instar de la 330e peuvent bénéficier des services connectés comme l’activation à distance du chauffage ou de la climatisation, la consultation du niveau de charge de la batterie et le paramétrage des horaires de recharge, l’analyse de votre trajet (consommation) et surtout l’indication des stations de recharge disponibles.

[nextpage title= »La BMW 330e pour quel conducteur? »]

La BMW 330e pour quel conducteur?

Essai BMW 330e 10Acheter une hybride est une façon de se donner parfois une bonne conscience mais suivant le conducteur que vous êtes vous en aurez plus ou moins l’utilité.  Si comme 70% des clients de la marque vous réalisez un trajet quotidien de moins de 70 km et la majorité pour une utilisation urbaine, cette voiture peut tout à fait correspondre à vos attentes. Avec une autonomie entre 37 et 40 km en 100% électrique (variation qui dépend des jantes de la voitures), elle vous permettra de quasiment circuler tous les jours en électrique si bien entendu vous disposez d’un moyen de charge chez vous ou sur votre lieu de travail. Cela n’empêche pas le week-end de partir et de l’utilisez comme une thermique classique.

Essai BMW 330e 1En revanche si vous avez une utilisation de votre véhicule essentiellement sur autoroute et voie rapide, l’intérêt d’une 330e devient limité et le diesel sera toujours plus efficace.

Un moteur électrique est efficient en ville et à faible vitesse. A l’inverse, un diesel restera toujours le meilleur compromis sur des longues distances à une vitesse plus élevée.

L’hybride est un compromis entre les deux, vous pouvez bénéficier des points positifs de l’électrique dans vos petits trajets quotidiens et conserver « le plaisir de conduire » dès que vous sortez d’une zone urbaine.

La BMW 330e face à la concurrence

Essai BMW 330e 23La berline bavaroise hybride comment se positionne-t-elle dans sa gamme et face à ses concurrentes? En termes de prix, au sein de la gamme, elle se situe entre la BMW 320d BVA de 190 ch (43 200€) et la 330d BVA de 258 ch  (49 750€) avec un prix de départ de 46 950 € (moins 1 000 euros de bonus écologique). Une BMW 320i a un prix de départ de 35 350 €.

Elle se place plutôt bien face à la concurrence sur ce marché, plus puissante et moins chère que la Volkswagen Passat GTE Carat (47 390€ et 218 ch). La Mercedes C350e développe en revanche 293 ch mais impose un surcoût de 12 000 euros par rapport à BMW.

[nextpage title= »L’Avis de BlogBMW »]

L’avis de BlogBMW

BMW ne s’en cache pas, l’avenir de la marque passe par l’électrique et l’hybridation. Après l’important développement de BMW i, la flotte bénéficie de ses recherches pour développer iPerformance. La BMW 330e peut être un bon compromis pour des clients qui alterneront la ville et les autoroutes. Mais encore faut-il que ces utilisateurs urbains aient la possibilité de charger facilement leur véhicule à domicile ou sur leur lieu de travail.Essai BMW 330e 35

On a aimé

  • L’utilisation électrique en ville
  • Les services connectés

On n’a pas aimé

  • La multitude des modes de conduite (un vrai jeu de stratégie)
  • Le poids

[nextpage title= »Galerie Photos »]

Galerie Photos