BLOG BMW

Essai 420d Gran Goupé : coup de cœur assuré

On va finir par se demander ce qu’il reste à la Série 3 « classique » quand on voit la Série 4 Gran Coupé. Avec sa ligne sportive et ses portes sans montant, elle est le coup de cœur de la rédaction du Blog BMW tout comme l’a été sa grande sœur, la série 6 Gran Coupé essayée ici.

BMW 4 Gran Coupé 5

Une gamme incroyable

Dans la famille Série 3 / Série 4, le client peut puiser en fonction de ses besoins de façon très précise : berline, break, coupé et cabriolet reçoivent le renfort de la Gran Coupé et de la GT. Cette dernière mise sur le confort et l’habitabilité avec une carrosserie et une position de conduite semi-haute et un coffre de 520 litres. C’est tout l’inverse de la Série 4 Gran Coupé qui est basse et dispose d’un coffre de 480 litres, soit le même volume que la Série 3 berline qui est pourtant plus courte de 14 mm tout en offrant le même empattement. Vous suivez ? Bon, pour finir de vous perdre, on précise que la longueur, la largeur et l’empattement de la « 4GC » sont les mêmes que ceux du coupé mais ce dernier a un coffre de 455 litres. Bon, allez, on arrête de vous embrouiller !

Avec la BMW Série 4 Gran Coupé, BMW présente son premier coupé quatre portes sur ce segment et en profite pour mélanger les genres avec, d’un côté l’esthétique d’un coupé et de l’autre les prestations d’une berline… en mieux car il dispose d’un grand coffre accessible par un hayon disposant de l’ouverture / fermeture automatique de série.

Ligne géniale

De l’avant, impossible de distinguer une 4 Gran Coupé d’une 4 CoupBMW 4 Gran Coupé 29é. Par contre, de profil, aucun doute n’est possible. Le toit de la BMW Série 4 Gran Coupé dépasse de 12 millimètres en hauteur celui de sa sœur mais plonge doucement vers l’arrière. On peut observer les 4 portes mais on ne voit pas l’absence de montant de ces dernières.

C’est lors de leur ouverture que l’on comprend mieux ce que les designers de BMW ont fait. C’est élégant ET sportif surtout vu de ¾ arrière avec ce coffre court. Le fameux pan de Hofmeister est mis en valeur par une barrette épaisse et contribue à dynamiser l’ensemble.

Vie à bord

La BMW Série 4 Gran Coupé ne sacrifie pas la modularité. Avec sa banquette rabattable 60/40 de série (ou 40/20/40 en option), elle peut accueillir à l’arrière deux adultes dans un confort royal. Par contre, même si une troisième place existe, elle ne servira que pour un court trajet dBMW 4 Gran Coupé 24e dépannage !

Le volume maximal, une fois les banquettes repliées, atteint 1 300 litres, « ce qui représente une valeur inégalée dans la catégorie des Coupés premium à quatre portes. » selon BMW. Pour maximiser le confort, la voiture est équipée, en option, de la commande « Smart Opener » réagissant à un simple mouvement du pied sous le pare-chocs arrière. C’est parfait pour ouvrir le hayon quand on arrive avec les mains chargées.

La Série 4 Gran Coupé est éligible au programme de personnalisation BMW Individual et vous pourrez laisser votre imagination travailler à partir du moment où vous avez un budget conséquent. La finition est, comme chez ses cousines présentées en début d’article, d’un excellent niveau. On regrette simplement quelques plastiques durs dans les bas de contre portes. L’ergonomie, que l’on commence à bien connaître, est idéale et toutes les commandes tombent bien sous les mains.

Des lignes émergeant du poste de conduite filent vers l’arrière en passaBMW 4 Gran Coupé 14nt par les portes avant et les montants centraux. Elles relient les sièges avant et arrière au même titre que les revêtements de porte, dont les dessins se fondent, de chaque côté, les uns dans les autres.

Nous avions entre les mains une 420d très bien équipée (affichage tête haute, navigation mulimédia avec grand écran de 8.8 pouces, cuir, boite automatique sport, pack M Sport…). Toutefois, plusieurs finitions existent et on commence par la « Lounge « (de série) auxquelles s’ajoutent 4 autres niveaux (Sport, Modern, Luxury et M Sport)1. Les prix débutent à 37 700 euros pour une 418 d Lounge et montent, hors options, à 61 850 euros pour une 435i xDrive M Sport. Par rapport à une série 3, il faut, en moyenne, ajouter 1 500 à 2 000 euros à équipement équivalent.

Moteurs

Cela fait un petit moment que nous nous demandons ce que BMW fait avec ses « 6 en ligne ». Car en dehors du 3.0 BMW TwinPower Turbo de 306 chevaux, les fans des 2.0, 2.3, 2.5 et autres 2.8 atmosphériques n’ont plus que leurs yeux pour pleurer et doivent faire un bel effort financier (à partir de 49 950 euros) pour profiter des vocalises de cette architecture moteur. Sinon il vous reste le « 4 cylindres turbo » de la 428i (à partir de 43 000 euros) qui manque de noblesse dans une aussi belle voiture. Un 2.0 litres 6 cylindres turbo serait un très bon compromis !

BMW 4 Gran Coupé 8Pour notre essai, nous avons opté pour un 420d qui s’est révélé silencieux et sobre au point, en mode éco-pro, sur autoroute et aux allures légales (je vieillis…) de ne consommer que 5,4 litres au cent ! La boite automatique, que nous se saurions trop vous conseiller de choisir, se marie parfaitement avec ce moteur, capable de passer de zéro à 100 km/h en seulement 7,7 secondes (7,5 s avec la boîte automatique sport).

Les autres moteurs au lancement.
435i Gran Coupé : six cylindres en ligne essence de 3,0 litres de cylindrée d’une puissance de 306 ch. (consommation en agglomération/hors agglomération/en cycle mixte : 11,4/6,2/8,1 l/100 km ; émissions de CO2 en cycle mixte : 189 g/km)

428 i Gran Coupé : quatre cylindres de 2,0 litres débitant 245 ch. (consommation en agglomération/hors agglomération/en cycle mixte : 8,9/5,3/6,6 l/100 km ; émissions de CO2 en cycle mixte : 154 g/km).

418d Gran Coupé : quatre cylindre diesel de 143 ch (consommation en agglomération/hors agglomération/en cycle mixte : 5,4/4,0/4,5 l/100 km ; émissions de CO2 en cycle mixte : 119 g/km),

La BMW 428i Gran Coupé et la BMW 420d Gran Coupé peuvent recevoir la transmission intégrale BMW xDrive. La 430d, la 435d et la 435i pourront en disposer plus tard.

De série, la transmission est assurée par une boîte mécanique à six rapports (boîte automatique de série uniquement sur la BMW 428i xDrive). Toutefois, en option, toutes les motorisations peuvent être accouplées à une boîte automatique à huit rapports ou à une boîte automatique Sport à huit rapports permettant de passer les rapports manuellement grâce à des palettes au volant.

Au final

La Série 4 Gran Coupé offre une ligne originale et apporte cette touche d’élégance qui fait défaut à la berline. Il n’y a pas grand-chose à lui reprocher en dehors d’une gamme qui ne met plus le « six en ligne » à des niveaux de budget acceptables. Mais c’est un point commun avec l’ensemble des autres gammes.

On a aimé
La ligne
Le confort
Le concept
La sobriété du 2.0 diesel

On a moins aimé
L’absence d’un six cylindres accessible.

Fiche détaillée du véhicule testé.

BMW 4 Gran Coupé 9

  • Nos dernières vidéos...

  • Le BMW ConnectedDrive expliqué en vidéo

  • Essai de la BMW Série 2 Gran Tourer

  • BMW Genève 2016

  • La BMW Série 2 Active Tourer face à la BMW Série 2 Gran Tourer

  • Poursuivez la discussion sur le forum...

    3 commentaires

    1. pierre

      effectivement si ce n’était le prix majoré et des versions d’accès indisponibles , cette 4 GC. ferait oublier la série 3 avec l’attrait de sa ligne plus élancée, et du hayon arrière bien plus pratique. !

      à quand une version hybride bien plus actuelle dans cette gamme ?

    2. Albert

      Pas pus tard qu’hier, j’ai comparé la nouvelle classe C avec la 3 coupé donc la 4 chez BM . Et bien , sur le plan de l’intérieur, c’est assez flagrant. D’un coté, une planche de bord basique, avec des compteurs plats, ronds, sans charme, sans profondeur, un bout de plastique ou tout est collé, surmonté d’une vitre, des alignement de boutons noirs carrés, aucune recherche esthétique, la partie supérieure de la planche posée et non intégrée sur une partie centrale, elle même posée et en rien intégrée sur la partie inférieure, qui pourrait être celle d’une Peugeot; De l’autre un intérieur chaleureux, très très qualitatif (il faut le voir pour le croire, et l’ecart par rapport à la precedente génération de classe C est considérable) , de belles courbes partout, du relief, des volumes agréables, pas en seul endroit ne donne le sentiment d’avoir été négligé, traité à la va vite, les commandes sont qualitatives, les compteurs superbes, etc etc… Seul l’écran posé sur la console pourrait être une fausse note si on ne réfléchit pas à l’alternative forcement inesthétique d’un écran intégré, même s’il est escamotable.
      Vraiment, faite la comparaison en live, l’une après l’autre et c’est affolant. Et je vous parle pas du volant, des commandes de vitres , de sièges etc etc… BM a 5 ans de retard au bas mot sur Mercedes.
      Je n’ai pas souvenir d’avoir pu constaté un tel écart entre les deux marques sur l’aspect esthétique, cossu, sérieux et valorisant des 2 intérieurs comparés.
      S’en suit un essai routier, ou là aussi , on est subjugué par l’avance prise par Mercedes.
      D’abord et c’est l’essentiel , puisque 90% du temps de roulage se fait en métro boulot dodo, le confort, incroyablement meilleur chez Mercedes. Que ce soit les sièges, l’amortissement (en particulier le pneumatique, qui est à tester dans sa dernière version tant il est sidérant d’efficacité, la aussi en comparaison immédiate , même route, même météo etc..) la direction , la boite auto, la différence de niveau est à peine croyable. La nouvelle classe C surclasse la BM comme les bleus dans leur match contre la nati !
      Puis , et il faut en toucher deux mots car c’est essentiel pour les acheteurs de bm, il y a ces 10% (maxi maxi !) de temps de roulage ou on est en montagne, ou en campagne , sur une route libre avec de nombreux virages et tourniquets.
      Et là, la 4 est meilleure que la Mercedes. L’écart ne se fait pas en efficacité: vous arriverez aussi vite avec l’une que l’autre, même sur un rythme sportif, à motorisation et suspension comparable s’entend , évidemment;
      Mais il se fait en sensation de conduite. Elles sont meilleures dans la 4. Bon , ce n’est pas une M ou une AMG , l’écart n’est pas considérable, mais quand même, la BM est plus agréable durant ces 10% du temps ou on peut rouler pour attaquer . Mais je dirais que l’écart tout subjectif de sensation de conduite est loin d’autre aussi grand que l’ecart en confort , qualité, vie à bord etc… Vraiment, vivement la nouvelle série 3, car si les clients font la comparaison que je viens de faire, ils se poseront vraiment la question !!

    Laisser un commentaire