BLOG BMW

V10 atmo ou V8 bi-turbo : le choix d’une philosophie

BMW nous a toujours offert des moteurs qui, à leur sortie, ont impressionné par leur technologie, leur efficience (rapport consommation/puissance/pollution). Mais c’est surtout le plaisir qu’ils procurent à leurs conducteurs (pilotes ?) qui reste à l’esprit quelques années plus tard. Mais de nos jours, les normes anti-pollution obligent les ingénieurs à trouver des solutions diverses et l’une d’entre elles consiste à remettre au gout du jour le turbo. Mais cela nuit-il au plaisir de conduire ? Tentons d’y voir plus clair en comparant l’ancien V10 et le nouveau V8 bi-turbo qui se sont succédé sous les capots des M5 et M6.

Le point de départ : le V10 

Les moteurs de Formule 1 ont longtemps été des V10 et BMW,v10-s85 présent à cette époque dans cette compétition, a fait le pari d’équiper les M5 E60 et M6 E63 d’un bloc reprenant cette architecture. Très peu de voitures disposent d’un tel équipement et, avec une cylindrée de 4 999 cm3 et 40 soupapes, les ingénieurs tirent 507 chevaux à 7 750 tr/mn, soit un rendement de 100 chevaux au litre sans aucune respiration artificielle de type turbo ou compresseur. Le couple n’est pas en reste avec 520 Nm à 6 100 tr/mn. Mais ce sont surtout les 450 Nm disponibles dès 3 500 tr/mn qui impressionnent ! 80 % du couple maximal est ainsi disponible sur une plage de 5 500 tr/mn…

Ce résultat est remarquable et les performances sont d’un très haut niveau : selon ZePerfs, le 0-100 km/h demande 4.7 secondes et le 0-200 nécessite 13.5 secondes ! En parallèle, le chrono flashe le kilomètre départ arrêté en 23.1 secondes. Pour mémoire, une Lamborghini Gallardo de 500 chevaux, sur les mêmes mesures, réalisait 4,4 secondes (merci la transmission intégrale…) 13.9 et 22.7 !
(Retrouvez le comparatif ici.)

journée circuit 113Au niveau des consommations, pour la M6, BMW annonce 10.3 litres pour cent kilomètres en extra-urbain, 14.8 en consommation mixte et…22.7 litres en ville (contre 24.8 pour la Gallardo…)

Par contre, nous vous invitons à découvrir le son du V10 dans la vidéo ci-dessous. Les oreilles apprécient, que ce soit les vôtres ou celles des passants. Au ralenti, le bruit est relativement discret. Mais au fur et à mesure que l’aiguille du compte tours part se cacher dans la boite à gants, cela devient sublime. Je garde un souvenir ému d’une M6 Cabriolet avec un échappement Eisenman lors d’une sortie avec le forum Motorsport Passion dans le Vercors. Les tunnels doivent encore résonner !

Que reste-t-il au V8 ?

Une fois tout cela posé, vous allez vous dire : que reste-t-iBMW M5l au nouveau V8 Bi-turbo ? Ne vous inquiétez pas, il a lui aussi de très sérieux arguments à faire valoir. A commencer par ses consommations : 14 litres au cent en ville, 7.6 en mode extra-urbain et 9.9 en moyenne ! La nouvelle BMW M5 affiche ainsi une consommation de carburant réduite de plus de 30 pour cent par rapport à sa devancière… Il faut remercier la technologie Efficient Dynamics incluant, entre autres et en association avec la boîte M à double embrayage et sept rapports avec fonction Drivelogic, la fonction d’arrêt et de redémarrage automatiques du moteur.

Sous le capot moteur de la nouvelle BMW M5 , on trouve un V8 de 4.4 litres doté de la technologie M TwinPower Turbo qui développe une puissance maximale de 560 ch (soit 127 chevaux au litre) entre 6 000 et 7 000 tr/mn ainsi qu’un couple maximal de 680 Newtons-mètres disponible entre 1 500 et 5 750 tr/mn. Ainsi parée, la M5 demande 4,4 secondes pour avaler le 0 à 100 km/h et 13 secondes pour le 0 à 200 km/h. La vitesse maximale est bridée à 250 km/h par l’électronique, limite repoussée à 305 km/h lorsque la voiture est dotée du pack M Driver optionnel.

journée circuit 140Volant en mains, on se retrouve avec une voiture qui pousse à tous les régimes, des plus bas grâce au couple des turbocompresseurs logés, avec les pots catalytiques, dans l’espace en V formé par les deux rangées de cylindres aux plus hauts grâce à la puissance pure. On se croirait au volant d’un muscle car américain. Sauf que la sonorité est plus étouffée que celle du V10. On l’apprécie quand même et il ne faut aucun doute qu’une bonne ligne d’échappement saura lui éclaircir la voix !

Conclusion

Au final, le choix de l’un ou l’autre des moteurs dépendra, en dehors du budget (prix en occasion et consommation), de ce que vous recherchez. La rage, le bruit et la zone rouge d’un moteur de course, direction le V10. La puissance et un couple démoniaque, optez pour le V8 bi turbo.

Merci à BMW Station 7 pour le prêt des M5 et M6. Elles sont à vendre (voir ici)

  • Nos dernières vidéos...

  • Le BMW ConnectedDrive expliqué en vidéo

  • Essai de la BMW Série 2 Gran Tourer

  • BMW Genève 2016

  • La BMW Série 2 Active Tourer face à la BMW Série 2 Gran Tourer

  • Poursuivez la discussion sur le forum...

    Laisser un commentaire