BLOG BMW

Essai en passager d’une BMW hautement automatisée

Il y a 20 ans, cela s’appelait de la science-fiction, aujourd’hui on parle d’avenir. Une voiture suffisamment intelligente pour se gérer toute seule sur une autoroute sans recevoir les directives du conducteur, BMW y travaille sérieusement et a déjà pu nous en donner un avant-goût lors de notre visite à Garching près de Munich.

Dans les degrés d’évolution de l’automatisation d’une voiture, la limite autorisée à ce jour est la semi-automatisation, où le conducteur se doit d’être attentif au comportement de sa voiture en permanence. BMW voit déjà plus loin et travaille actuellement sur  un véhicule hautement automatisé qui ne nécessiterait plus un contrôle aussi exigeant de la part de la personne se trouvant au volant.

BMW Hautement Automatisée Schema  2

Les ingénieurs de BMW Group Forschung und Technik (Recherche et Technique) travaillent ainsi depuis plusieurs années sur un copilote électronique permettant d’automatiser de manière significative la conduite sur autoroute. Dès 2009, BMW réalise un premier tour de piste au Nürburgring. Le 16 juin 2011 (déjà 2 ans!), une voiture expérimentale de BMW Group Forschung und Technik a parcouru une distance de 65 km environ sur l’autoroute A9 entre Munich et Ingosltadt. La voiture a réalisé 32 changements de voie en étant 100% automatisée et n’ayant recours à aucune intervention du conducteur.  Une réelle performance qui a déjà connu une évolution puisque les chercheurs sont parvenus depuis à mettre au point un changement d’autoroute hautement automatisé lorsque la voiture arrive à une jonction. À l’échangeur autoroutier « Munich Nord », elle est dès aujourd’hui capable de quitter en toute autonomie l’autoroute A9 pour prendre l’A92 en direction de l’aéroport et de gérer le retour. C’est une étape importante pour permettre à une telle voiture d’évoluer sur tout le réseau autoroutier. Objectif de cette démarche: Permettre aux propriétaires BMW de demain de disposer d’une conduite hautement automatisée de tous les instants.

Les premières recherches de BMW

Ces évolutions ont vu le jour dans le cadre des projets de recherche précédents BMW Track Trainer et Assistant d’arrêt d’urgence. Le premier est en mesure de boucler des tours sur des circuits de course en suivant la trajectoire idéale en conduite hautement automatisée afin de former le conducteur de manière ciblée. L’Assistant d’arrêt d’urgence BMW gère, quant à lui, une manoeuvre d’arrêt d’urgence sur autoroute largement automatisée. En cas d’incapacité du conducteur (problème de santé comme un malaise), le véhicule prend le contrôle et va se positionner sur la bande d’arrêt d’urgence ou sur un lieu sécurisé. Les urgences sont alors automatiquement alertées.

BMW Hautement Automatisée Schemas  1

Une BMW hautement automatisée: l’avenir pour une conduite plus sécurisée?

Selon des statistiques, 90% des accidents de voitures sont liées à l’homme. La logique de BMW est donc d’utiliser d’un côté les points forts de l’homme et de l’autre de corriger ses défauts. La voiture expérimentale dédiée à la conduite hautement automatisée est capable de freiner, d’accélérer et de dépasser en toute autonomie en s’adaptant à la situation routière du moment et  surtout en respectant strictement le code de la route. Les spécialistes ont déjà réalisé 10 000 km d’essai. Pour permettre à cette future voiture de s’insérer dans la circulation, elle doit pouvoir faire appel à des stratégies d’action claires et nettes. Ces stratégies reposent non seulement sur la localisation fiable de la voiture sur sa voie de circulation, mais aussi et surtout sur la détection non équivoque de tous les véhicules et objets se trouvant à proximité directe. Pour cela, il a fallu la fusion de données fournies par des technologies de capteurs diversitaires, mais complémentaires, telles que le radar, l’ultrason et la prise d’images tout autour de la voiture. Autre technologie importante une carte numérique ultraprécise bien plus performante que nos navigateurs actuels. Avec un tel système d’observation sur 360 degrés, l’extérieur de la voiture expérimentale reste pour autant comparable à une voiture de série.

BMW Hautement automatisée 6Lorsqu’un ingénieur de BMW nous a proposé de faire un tour dans cette voiture en passager, rien ne nous a déstabilisés vu de l’extérieur. Une BMW comme une autre.

Notre expérience à bord d’une BMW hautement automatisé

Direction une portion d’autoroute pour mettre le système hautement automatisé en place.  Un écran à l’intérieur permet de voir où la voiture se situe dans l’espace et les éléments autour d’elle qu’elle détecte. Une fois le système mis en route, le conducteur lâche volant et pédale de l’accélérateur. La voiture « se gère toute seule ». Première expérience, voie de droite un camion se trouve devant nous, il n’est pas assez rapide. On voit alors la voiture toujours « toute seule » mettre le clignotant, se décaler sur la voie du milieu, doubler le camion et se ranger de nouveau sur la voie de droite. Deuxième expérience, le conducteur est sur la voie de gauche, il met le système en route. La voiture se rabat automatiquement sur la voie du milieu puis la voie de droite. BMW Hautement automatisée 10L’expérience se veut quelque peu déstabilisante, lorsqu’on voit le conducteur poser ses mains sur ses genoux, et le volant tourner tout seul. L’évaluation des distances et des paramètres extérieurs est au point, mais difficile pour l’heure de ne pas être focaliser sur les réactions de la voitures. Les chercheurs tiennent à faire évoluer l’intelligence de ce démonstrateur technologique. Ainsi, la voiture expérimentale aurait droit à un bon point lors de la semaine internationale de la courtoisie sur la route. Son comportement coopératif aux entrées d’autoroute, par exemple,  permet aux automobilistes entrant sur l’autoroute de s’insérer dans la circulation.

Prochain défi de BMW dans cette aventure

La prochaine étape importante de BMW est d’ouvrir les frontières à ce concept de véhicule de conduite hautement automatisée. La marque bavaroise aimerait ainsi développer son projet sur les autoroutes européennes. Parmi les défis à relever, les stations de péage, les chantiers et évidemment les frontières nationales. Depuis janvier 2013, BMW a signé un partenariat de recherche avec l’équipementier automobile Continental. Le projet de coopération entre les deux marques consisterait à la constructions de plusieurs voitures expérimentales prototypiques équipées d’une technique proche de la série. Cette collaboration est prévue jusqu’à fin 2014.

  • Nos dernières vidéos...

  • Le BMW ConnectedDrive expliqué en vidéo

  • Essai de la BMW Série 2 Gran Tourer

  • BMW Genève 2016

  • La BMW Série 2 Active Tourer face à la BMW Série 2 Gran Tourer

  • Poursuivez la discussion sur le forum...

    Laisser un commentaire