Logo BlogBMW

Essai course – La 135i DKG en compétition !

La 135i DKG que nous avons testée sur route ici a poursuivi son périple par une compétition au Paul Ricard ! En effet, sous l’impulsion de deux passionnés par la marque, Frédéric et Pascal, elle a participé à la course « les 100 tours du Ricard« . Et nous l’avons suivi !

135i DKG circuit 3

Course de régularité

135i DKG circuit 1

Plumbing Atlanta

La course à laquelle la 135i Performance a été inscrite n’est pas une course de vitesse pure et le plateau de voitures est très varié. Dans une course de régularité, tout le monde a sa chance et chaque équipage est à égalité quelle que soit sa voiture, il se bat contre son propre chronomètre pour assurer, à chaque tour, le temps qu’il a choisi. Mais cela ne veut pas dire que l’on se traine !

Tout moyen de contrôle horaire étant interdit à bord, il n’y a pas de monotonie mais simplement de la concentration et l’endurance est une course d’équipe (7 heures de roulage), comme chez les pros ! Les pilotes se relaient avec convivialité.

Seuls les 60 meilleurs tours étant retenus pour le classement, les ravitaillements, les changements de pilotes et les petites mécaniques sont donc plus relax et sans incidence sur le classement.

Le comportement de la 135i

Si lors de notre essai routier le comportement de la 135i avait été jugé « idéal » en usage sportif, la question135i DKG circuit 5 restait entière en ce qui concerne un usage sur circuit. De l’avis de Frédéric, le même qualificatif peut-être employé lorsque l’on tourne sur le Paul Ricard. Même s’il pense que  » un peu plus ferme serait encore meilleur » il ne faut pas perdre de vue que l’usage routier impose des contraintes différentes.

Toutefois, avec un meilleur temps de 2.45.05 aux essais, la 135i se situe devant une 456 GT et derrière une Lotus Exige. La plus rapide des Porsche GT3 a tourné en 2.35.70 sur la grande boucle de 5.8 kilomètres du circuit.

C’est en course que les pilotes, par l’intermédiaire de Frédéric, ont réalisé leur meilleur absolu en 2.42.10.

A la fin de la compétition, les pneus spécialement prévus pour le circuit montraient, à l’avant gauche, un état d’usure réel, preuve que le passage très rapide dans fameuse la courbe de Signes les sollicite fortement.

La boîte DKG a donné satisfaction aux pilotes en étant suffisamment rapide en usage sportif.

Conclusion

La 135i sait tout faire, ou presque… Il ne lui manque qu’un pont autobloquant pour que son comportement soit optimal pour un usage piste. Et à voir le sourire de nos deux pilotes, nous devrions les retrouver pour d’autres aventures sur piste !

[flickr_set id= »72157626405867669″ thumbnail= »square » overlay= »true » size= »large »]