BLOG BMW
AssurLand

Essai M135i : Rapport prix/performances explosif

Une 135i portant le logo M pointe le bout de sa calandre et affiche… 320 chevaux ! Cela ne vous rappelle rien ? Petit retour en arrière… En 1996, BMW nous présentait une version revue de la terrible M3 3.0 qui voyait sa cylindrée passer à 3.2 et sa puissance culminer à 321 chevaux. Son six cylindres en ligne atmosphérique procurait à la M3 des performances de premier plan. La dernière née est-elle digne de son aïeule ?

 

« Comme ça pousse bien ! »

La BMW M135i dispose du six cylindres en ligne essence à technologie M Performance TwinPower Turbo comprenant un turbocompresseur Twin Scroll (double entrée), l’injection directe du type High Precision Injection, la distribution variable VALVETRONIC et le double VANOS. D’une cylindrée de 2 979 cm3, il développe la coquette puissance de 320 ch (235 kW) à 5 800 tr/mn et surtout un couple de 450 Nm entre 1 300 tr/mn et 4 500 tr/mn.

Ainsi parée, la M135i signe de performances de étonnantes (et détonantes) avec un 0 à 100 km/h avalé en 4,9 s avec la boîte automatique (5,1 secondes avec le manche traditionnel). Bien entendu, la vitesse maximale de 250 km/h est bridée électroniquement. Le kilomètre départ arrêté est expédié en 23,9 secondes et le 80 à 120 ne demande que 4,3 secondes en quatrième et 5,0 secondes en cinquième.

Si on rapproche ses performances de la M3 E36 3.2, on voit que la M135i est devant. Et ce n’est pas le poids qui influe le comparatif, car, avec 1425 kilos à vide, les deux protagonistes sont quasiment renvoyées dos à dos. Par contre, le couple, disponible très tôt, agit comme une catapulte ! Et au moment où il commence à fléchir (vers 4 500 tr/mn), c’est la puissance qui prend le relais !

Lors de l’essai, mené à un rythme soutenu, l’ordinateur de bord affichait une consommation moyenne de 17 litres au cent. Mais si on a le pied léger et qu’on laisse le système Efficient Dynamics travailler tranquillement, on peut tabler sur une consommation moyenne, selon BMW, de 7,5 l/100 km et des émissions de CO2 de seulement 175 g/km (188 en boite manuelle)

Il chante…

De qui parlons-nous ? Du moteur bien sûr ! C’est une très bonne surprise de voir que BMW a réussi à laisser chanter le six cylindres en dépit de la présence d’une suralimentation. A partir de 4 500 tours/minute, cette sonorité si caractéristique des moteurs bavarois remplit l’habitacle pour le plus grand plaisir des oreilles. On prend plaisir à pousser les rapports pour profiter de la mélodie. On regrette simplement que, même en mode sport, le coup de gaz au rétrogradage ne soit pas plus violent et on ne l’entend pas assez.

Seulement 44 850 Euros.

Je vous l’accorde, mettre presque 45 000 euros dans une voiture compacte constitue un bel investissement. Mais cette somme doit être mise en rapport de la prestation offerte. L’équipement de série est très complet avec un pack « M » qui soigne le look (jantes en alliage léger 18 pouces, kit aérodynamique M, sortie d’échappement chromée noire, shadow-Line brillant, inserts décoratifs en aluminium « Hexagon » souligné d’Estorilblau), seuils de porte chromés avec emblème « M », sellerie Tissu/Alcantara ‘Hexagon’, repose genou sur la console centrale côté conducteur, détecteur de pluie et allumage automatique des projecteurs, régulateur de vitesse avec fonction freinage, autoradio BMW Professional e Interface Bluetooth pour téléphone portable et port audio USB, climatisation automatique bi-zone, système d’aide au stationnement arrière, projecteurs bi-xénon, direction Sport à démultiplication variable, suspension adaptative, freins Sport M,système de navigation, rétroviseurs extérieurs électrochromes rabattables électriquement et sièges sport ! Bref, c’est ultra complet.

Volant en mains

Une fois bien callé à bord de la M135i, on apprécie le volant à jante épaisse. Le mode « sport plus » influe sur les lois de suspension, la direction, la réponse de l’accélérateur et l’intervention de l’ESP. Une fois enclenché, il permet de bénéficier de l’orientation la plus sportive qu’il soit. Malgré tout, même sur une route en mauvais état, cela reste assez confortable et ne nuit pas à la précision de conduite. Le système de freinage Sport M avec étriers fixes à quatre pistons à l’avant et deux à l’arrière ne donne aucun signe de faiblesse (bon à savoir : les étriers de freins sont peints en bleu foncé métallisé et se parent du logo M et en association avec le pack Sport M, ils sont disponible sur toutes les autres variantes de modèle de la nouvelle BMW Série 1 3 portes).

Le grip offert par les 225/40 R18 à l’avant et les 245/35 R18 à l’arrière permet des passages en courbe à des vitesses totalement prohibées et qui auront vite fait de vous valoir quelques soucis avec les représentants (bien pensant) de la loi. Malheureusement, contrairement à la M3 E36 visée au début de cet article, la M135i n’offre pas de pont autobloquant mais seulement un blocage actif du différentiel (ADB-Sport). Du coup, la roue motrice se mettant à patiner à l’accélération dans des virages serrés est freinée… Pour entretenir une glisse, cela devient plus compliqué…  A noter : la BMW M135i est également disponible en version 5 portes et xDrive.

Conclusion

Pour 44 850 euros (hors malus…), la M135i est peut-être le modèle le meilleur rapport prix/performances du moment ! Un point commun avec la l’ancienne M3 3.2 E36 !

 Photos en action : Laurent Sanson www.auto-mag.info

Article rédigé le 29 octobre 2012 à 1:38.
  • Nos dernières vidéos...

  • COMPARATIF 1M ET M2

  • Essai de la BMW Série 2 Gran Tourer

  • BMW GENEVE 2017 : BMW SERIE 5 TOURING

  • La BMW Série 2 Active Tourer face à la BMW Série 2 Gran Tourer

  • Poursuivez la discussion sur le forum...

    Un commentaire

    Laisser un commentaire