BLOG BMW

Essai BMW Série 4 : au nom du pair

Chez BMW, la gamme des coupés et cabriolets change de numérotation. Historiquement on connaît la série 6 et la série 8 (cette dernière pourrait renaître sur la base du Gran Lusso) et on découvre la série 4 (qui remplace la série 3 coupé) qui précède l’arrivée de la série 2 qui prend, elle, le relais de la « une coupé ». Vous avez suivi ? Alors on continue… Pour BMW, la série 4 est la quatrième génération de coupé sportif dans l’histoire de la marque. Tout a commencé avec la E36 vers 1992. C’est la E46 (1999) qui a pris la suite avant que la E92 (2006) ne clôture la période en 2013. Selon le la discours officiel, la E30 en version deux portes et, par sa conception, la E21 ne sont pas considérées comme des coupés… Ne vous fâchez pas !

BMW Serie 435i  (53)

Design

BMW Serie 435i  (2)Personnellement, j’ai beaucoup aimé le design de la série 4, agressif « juste comme il faut » avec son capot plongeant (seule pièce commune avec la série 3), sa calandre large, ses naseaux, ses phares ronds doubles et sa prise d’air dans le bouclier avant. Les 46 mm de plus en largeur par rapport à la série 3 lui donne un look plus trapu et sportif accentué par une hauteur qui perd 16 mm. L’empattement nettement plus long (+50 mm) profite à l’habitacle car la longueur totale ne progresse que de 23 mm. On retrouve comme toujours les porte-à-faux réduits typiques de la marque et le long capot moteur. Par contre, on note avec plaisir l’arrivée d’ailes arrière plus large qui « posent » la Série 4 sur ses roues.

Inaugurés sur la série 1 M, les diffuseurs aérodynamiques latéraux BMW Serie 435i  (10)« Air Breather » sont des ouvertures placées derrière les roues avant qui réduisent la traînée aérodynamique. Associés aux diffuseurs avant « Air Curtain », ils font économiser… un gramme de CO2 par kilomètre. Il n’y a pas de petits profits ! On retrouve cela sur la série 2.

Notre 435i était une version M Sport qui reçoit un kit aérodynamique comprenant de nombreux composants extérieurs (bouclier avant avec une grande prise d’air, bouclier arrière avec diffuseur, bas de caisse) ainsi que l’entourage des vitres en Shadow-line brillant. La teinte de carrosserie exclusive est le « Estorilblau » métallisé. Les jantes en alliage léger de 18 pouces ou de 19 pouces (option) au look M font partie de l’équipement. À bord, des éléments comme les seuils de portes M, le volant M gainé cuir et le repose-pied M mettent dans l’ambiance…  Le conducteur et le passager avant s’installent dans des sièges sport habillés d’une sellerie tissu/alcantara à passepoil M et surpiqûres bleues. Enfin, mentionnons la suspension sport et les freins Sport M optionnel avec des étriers peints en bleu contrastant.

D’autres finitions sont disponibles et répondent à des philosophies différentes : « Sport » (dispose d’éléments de carrosserie de couleur noir brillant – montants centraux, pourtour noir des vitres, prises d’air dans le bouclier avant, diffuseurs aérodynamiques latéraux « Air Breather » et diffuseur arrière etc.), « Luxury » (éléments de carrosserie discrets en chrome brillant, inserts décoratifs en bois précieux etc.) et « Modern » (éléments décoratifs haut de gamme en chrome mat et en aluminium satiné).

En ce qui concerne la vie à bord, le coffre gagne 15 litres (445 litres en tout) et les banquettes sont fractionnables 40/20/40 pour glisser, par exemple, des skis entre les passagers à l’arrière qui seront bien accueillis dans deux sièges.

Le souffle du six

Sous le capot de notre 435i nous avons retrouvé BMW Serie 435i  (43)avec plaisir le six cylindres en ligne essence doté de la technologie BMW TwinPower Turbo qui annonce 306 chevaux et un couple maximal de 400 Nm dès 1200 tr/min et jusqu’à 5000 tr/min. Ces données sont celles de la série 3 E 92…. Cependant, si la BMW Série 4 affiche des dimensions nettement accrues, en fonction de sa motorisation et de sa dotation, elle accuse jusqu’à 45 kilogrammes de moins sur la balance que son aînée. A cela, il faut ajouter un coefficient de pénétration dans l’air (cx) de 0,28. Ainsi parée, la 435i avec sa boîte automatique à 8 rapports avec palettes aux volant (un régal et une option qu’on vous conseille vivement) se catapulte en 5,1 secondes seulement de 0 à 100 km/h (voire en 4,9 secondes seulement en version xDrive) et en 5,4 secondes avec la boîte mécanique. Sa vitesse maximale est bridée électroniquement à 250 km/h. Le kilomètre départ arrêté demandera 24,2 secondes ( un dixième de plus en boîte manuelle).

Au moment de passer à à la pompe, vous constaterez une consommation moyenne d’environ 8,5 litres aux 100 km selon notre ordinateur de bord pour un parcours qui alternait la balade et des accélérations franches. Bien entendu, la sonorité du 6 pattes est toujours flatteuse même si on aurait aimé une plus grande présence à bord…

Technologie

La série 4 profite de l’arrivée d’un grand nombre de technologies embarquées. Commençons par l’affichage tête haute HUD couleur de la toute dernière génération, qui projette toutes les informations importantes en une définition brillante sur le pare-brise. Par le biais de ce système, on a directement sous les yeux la vitesse momentanée, les limitations de vitesse, les interdictions de dépassement la navigation GPS.

BMW Serie 435i  (24)Le pack safety est composé d’une caméra implantée sur le rétroviseur intérieur qui analyse ce qui se passe devant le capot de la 435i et, grâce au traitement des images, reconnaît toutes les personnes et tous les véhicules se trouvant dans le champ visible. Si une collision risque de se produire avec le véhicule qui précède et que la distance se réduit dangereusement, une alarme aiguë et un signal optique sur le combiné d’instruments ou l’Affichage tête haute HUD couleur optionnel avertissent le conducteur. Si la collision est inévitable, le système déclenche un freinage d’urgence automatique avec une décélération moyenne. En ville et dans des conditions de luminosité suffisantes, le système détecte un risque de collision avec un piéton, il avertit le conducteur et déclenche un freinage d’urgence automatique si besoin est. Dans les deux cas, le système n’émet pas seulement les avertissements, mais prépare aussi les freins à un freinage maximal et abaisse les seuils d’activation de l’assistant de freinage.

Autre exemple de technologie embarquée : le régulateur de vitesse actif avec fonction stop & go. Il permet au conducteur de suivre en toute sécurité le flux des véhicules dans une circulation congestionnée ou un embouteillage et de déléguer les arrêts et redémarrages ainsi que l’approche de carrefours où d’autres véhicules se sont déjà immobilisés au système qui gère ces situations de manière autonome. Si, dans une circulation fluide, l’intervention du conducteur s’avère être nécessaire parce qu’un véhicule qui précède freine violemment, le système l’y invite en lançant un avertissement en deux phases. Le régulateur actif vitesse-distance avec régulation automatique de la distance est désormais opérationnel dans la plage de vitesse comprise entre 30 km/h et 210 km/h. La fonction de régulation de vitesse intelligente reste disponible au-delà de 210 km/h (sur les autoroutes allemandes bien sûr…)

Pêle-mêle, ajoutons à cela les feux entièrement à LED, la fonction d’arrêt et de redémarrage automatiques, la récupération de l’énergie libérée au freinage, le mode roue libre, le Connected Drive (voir ici une présentation détaillée), l’avertisseur de franchissement de ligne ou encore les projecteurs Full LED avec fonction feux de route permanents anti-éblouissement.

Volant en mains 

Durant notre essai, il aura été difficile de trouver des défauts à cette 435i… Elle arrive à concilier toutes les personnalités ou presque car le conducteur a une fois de plus la possibilité de moduler le caractère d’ensemble de sa voiture en fonction de la situation de conduite ou de BMW Serie 435i  (15)ses préférences personnelles pour un typage soit plus sportif, soit axé sur le confort. Il peut sélectionner un des différents modes de conduite proposés. La commande passe par une touche logée sur la console centrale. Elle permet au conducteur de choisir entre les modes ECO PRO, CONFORT, SPORT et SPORT+ (associé à la Finition Sport ou M Sport) et de bénéficier ainsi d’un réglage prédéfini du moteur, de la transmission et du train de roulement allant dans le sens recherché.

En mode SPORT+, les seuils d’intervention du Contrôle dynamique de la stabilité sont relevés et le Contrôle de traction dynamique (DTC) activé ce qui met en œuvre le blocage électronique du différentiel arrière pour une meilleure traction en sortie de courbe. Si cela ne vous suffit pas, vous pouvez toujours choisir de cocher l’option « Xdrive » (4 roues motrices) au moment de signer le bon de commande ou encore aller puiser dans le catalogue BMW Performance pour booster le moteur de 34 chevaux et 50 Nm de couple !

Pour être très honnête avec vous, je n’ai pas beaucoup testé le mode ECO PRO… Mais le peu que j’ai pu voir permet de constater une réelle métamorphose avec ce dernier. On a l’impression de rouler sur un filet de gaz, tout en douceur… Si vous n’êtes pas pressés, c’est parfait pour la consommation !

Conclusion :

Toujours plus est la devise de chaque génération de BMW. La série 4 n’échappe pas à cette tradition. Un comportement  » à la carte », une tenue de route sans reproche, un moteur plein de couple, une boîte de vitesse parfaite, des technologies modernes. Rien ne manque. Ah si, un prix plus doux et un moteur plus présent par sa sonorité.

Prix 435 i :

Lounge : 49 950 euros

Sport : 54 850 euros

Luxury : 58 050 euros

M Sport : 58 250 euros.

 

 

 

  • Nos dernières vidéos...

  • Le BMW ConnectedDrive expliqué en vidéo

  • Essai de la BMW Série 2 Gran Tourer

  • BMW Genève 2016

  • La BMW Série 2 Active Tourer face à la BMW Série 2 Gran Tourer

  • Poursuivez la discussion sur le forum...

    2 commentaires

    Laisser un commentaire