BLOG BMW

Essai BMW Série 2 Active Tourer : Bienvenue dans la famille !

Les temps changent. Et les choses évoluent. C’est comme ça. Mieux vaut l’accepter et en voir les bons côtés plutôt que s’enfermer dans un conservatisme déjà révolu. C’est donc avec cet état d’esprit d’ouverture que nous avons essayé le nouveau BMW Série 2 Active Tourer (F45) qui débarquera en concession fin septembre.

BMW-Serie2-ActiveTourer-5Premier monospace et premier véhicule à traction du constructeur bavarois, l’Active Tourer ne fait pas les choses à moitié quand il s’agit de casser les codes BMW. Pouvant autant séduire de nouveaux clients que faire hurler les plus anciens, cette nouveauté qui reprend l’architecture de la nouvelle MINI parvient malgré tout à conserver une bonne partie de l’ADN de la marque. Ouf !

Compromis réussi

BMW-Serie2-ActiveTourer-3En débarquant à l’aéroport d’Innsbruck, dans le Tyrol autrichien, deux versions de cette nouvelle BMW nous attendent : une essence et une diesel. Pour ce premier jour d’essai, nous partons au volant d’une BMW 218d Active Tourer en finition Sport. Après quelques kilomètres destinés à découvrir l’auto et ses équipements, nous nous arrêtons pour la scruter dans le détail.

Véhicule totalement nouveau dans la gamme BMW, le Série 2 Active Tourer aura mis cinq ans pour passer du stade de l’idée à la production en série. Pour le constructeur, son premier monospace compact a pour mission « de s’adresser à de nouveaux clients grâce à son design, son dynamisme et ses fonctionnalités ».

BMW-Serie2-ActiveTourer-15Commençons justement par sa ligne extérieure. Force est de constater que pour un véhicule de ce type, le Série 2 Active Tourer a de l’allure et parvient à livrer nettement plus d’envie de conduire que ses concurrents monocorps à 5 places. Long de 4,34 m, large de 1,80 m et haut de seulement 1,55 m, il semble plus compact et énergique que son rival désigné – le Mercedes Classe B – grâce à des lignes tendues et plongeantes, des flancs sculptés et des feux agressifs. Voilà quelques premiers bons points pour le nouveau venu dans la famille. D’autant plus que le poids est plutôt dans la moyenne puisqu’il se situe entre 1400 et 1500 kg selon les motorisations.

Voyage rapide et en silence

BMW-Serie2-ActiveTourer-2Sur les routes sinueuses des montagnes autrichiennes, notre 218d Active Tourer a fait preuve d’une santé de fer. Suffisamment alerte pour dépasser en toute sécurité et offrir quelques plaisantes accélérations (0 à 100 km/h en 8,9 secondes), le 4 cylindres TwinPower Turbo de 150 chevaux et 330 Nm de couple accouplé à la boîte mécanique à 6 rapports s’est également montré très souple, silencieux et peu vibrant. Il fait partie d’une nouvelle génération de moteurs qui consomment peu et polluent moins. Ainsi, BMW annonce une consommation en cycle mixte de 4,3 à 4,1 litres aux 100 km selon les dimensions des pneus. Durant notre essai, nous étions plutôt au delà des 5 l/100 km mais, la mécanique était neuve et « l’éco-conduite » n’était pas forcément la norme adoptée… Niveau émissions de CO2, le chiffre varie de 114 à 109 g/km toujours selon les dimensions des pneus choisis et le type de boîte de vitesse.

Mais la vraie bonne surprise, c’est surtout au niveau du dynamisme de conduite. A l’inverse de nombre de monospaces ou même de SUV, le Série 2 Active Tourer peut faire preuve d’une agilité assez étonnante. L’amortissement est peut être un peu rude à basse vitesse sur route bosselé mais, il est largement compensé par l’efficacité et le retour d’information ultra précis dans la direction. C’est bien la première fois que nous avons eu l’impression de pouvoir placer un monospace au centimètre près dans un virage serré.

Pour 4 personnes…

BMW-Serie2-ActiveTourer-25Côté confort, peu de choses à redire à bord de ce premier monospace signé BMW. Comme tout véhicule de ce segment, il permet de dominer la route grâce à une hauteur d’assise plus haute de 11,6 cm par rapport à une Série 1 et de 29 mm par rapport au X1. La planche de bord, orientée vers le conducteur, est dans la pure tradition BMW. Idem avec la position de conduite que l’on peut configurer de façon assez sportive grâce aux nombreux réglages possibles. Au final, l’ergonomie est plutôt bonne. Les commandes tombent bien et l’iDrive est toujours aussi intuitif à piloter grâce à sa molette située à côté du levier de vitesse. Bien fini malgré la présence de quelques plastiques durs ici ou là (bacs de portière notamment), l’habitacle reste fidèle aux standards de la maison.

BMW-Serie2-ActiveTourer-22Comme nous sommes dans un véhicule destiné au voyage en famille, installons nous un peu sur la banquette arrière. Oui banquette car BMW a préféré ce système à trois sièges indépendants que l’on retrouve chez certains concurrents. Coulissante en deux partie, cette banquette permet soit d’avoir plus de place pour les jambes, soit d’augmenter le volume du coffre. On regrettera surtout la présence d’un tunnel central volumineux mais vide puisqu’il est destiné à recevoir la transmission intégrale xDrive (en option à partir de novembre). Du coup, il vaut mieux partir à quatre personnes plutôt qu’à cinq car celui ou celle qui héritera de la place du milieu sera nettement lésé par rapport à ses camarades. Et quand on sait comment peuvent réagir les enfants dans pareille situation…

Au niveau du coffre, notons que le volume démarre à 468 litres et peut atteindre les 1510 litres. Heureusement, la modularité est des plus complètes notamment grâce à la banquette coulissante et rabattable en trois parties (40/20/40), et au double fond bien pratique. Enfin, le tout se manie avec facilité pour le plus grand bonheur de tous les membres de la famille.

Papa double !

BMW-Serie2-ActiveTourer-35Deuxième jour et deuxième version à essayer. Aujourd’hui, nous allons partir avec un 225i Active Tourer en finition Luxury. Sous le capot, le quatre cylindres essence de 231 chevaux et 350 Nm de couple est automatiquement associé à la boîte auto à huit rapports. Elitiste, ce monospace compact offre des performances et un plaisir que bon nombre de papas devraient apprécier.

Au rayon des performances, il n’a besoin que de 6,6 secondes pour grimper de 0 à 100 km/h et affiche un bon 240 km/h en vitesse maxi. Respectant la norme antipollution Euro 6 – comme toutes les autres motorisations proposées sur le modèle – le 225i Active Tourer rejette entre 135 et 139 g/km de CO2 pour une consommation moyenne officielle de l’ordre de 6 litres aux 100 km. Parfaitement à l’aise en ville, sur route et sur autoroute, cette combinaison se montre des plus agréables et toniques dès que l’envie d’appuyer sur le champignon se fait sentir.

Gare au porte-monnaie…

BMW-Serie2-ActiveTourer-29BMW jusque dans ses tarifs, le Série 2 Active Tourer ne sera pas accessible à toutes les bourses. Ainsi, la version 218d que nous avons essayée en finition Sport s’affiche à partir de 35.300 euros (hors options bien entendu). Quant au modèle essence 225i en finition Luxury, il faudra débourser par moins de 41.700 euros pour l’acquérir. Le tout sans les nombreuses options proposées et quelque fois incontournables comme l’accès confort à 430 euros (ouverture du hayon par détection d’un mouvement du pied sous le bouclier arrière), le dossier du siège passager avant rabattable à 200 euros, la direction DirectDrive à démultiplication variable à 260 euros ou encore le pack Safety à 760 euros.

Pour être complet, notons que l’Active Tourer affiche pour le moment un prix d’appel de 29.800 euros pour le modèle 218i avec le moteur trois-cylindres essence de 136 chevaux en finition Lounge. En novembre, les 218i, 225i et 218d seront rejoints par les 216d (116 ch), 220d (190 ch) et 220i (190 ch). La finition M Sport et la transmission intégrale xDrive seront aussi de la partie en fin d’année. Ensuite, en 2015, une version rallongée « 7 places » fera son apparition au catalogue.

BMW-Serie2-ActiveTourer-54Conclusion

Bon compromis pour le bien être du couple, le Série 2 Active Tourer pourra contenter aussi bien les parents que les enfants. Onéreux et n’offrant qu’une place centrale arrière limitée, il se rattrape par ses moteurs modernes, son dynamisme, son raffinement intérieur et son look qui a de quoi faire pâlir la concurrence un peu trop « pépère ». En bref, les couples avec deux enfants ont maintenant un monospace qui leur tend les roues chez BMW.

Les plus :

– Look agréable et dynamique

– Intérieur cossu

– Conduite typée berline et non « camionnette »

– Souplesse et silence du quatre-cylindres diesel (218d)

Les moins :

– Place centrale « sacrifiée » à l’arrière

– Tarifs élevés et options incontournables

– Quelques plastiques durs et sonnant creux

Texte et photos : Jean-Michel Setbon

  • Nos dernières vidéos...

  • Le BMW ConnectedDrive expliqué en vidéo

  • Essai de la BMW Série 2 Gran Tourer

  • BMW Genève 2016

  • La BMW Série 2 Active Tourer face à la BMW Série 2 Gran Tourer

  • Poursuivez la discussion sur le forum...

    7 commentaires

    1. TomDBR

      Attention; la boite auto n’est pas la boite 8 bien connue chez BMW, car cette fois-ci, nous avons affaire à une boite pour. traction.
      La boite est donc signée Aisin (Aisin Warner) et non ZF. La ZF 8 rapports équipe les véhicules propulsion de la marque.

    2. eric

      Ils arrivent 15 ans après la bataille du monospace… je ne vois pas la logique… ils feraient mieux de nous sortir un beau X2 et de fiabiliser les boites auto des mini et surtout d’appliquer la garantie pour vice caché

    3. philibert

      Mais qu’est-ce qu’ils ont tous à ajouter des tunnels vides pour le peu de conducteurs qui achèteront des 4 roues motrices. Dans monospace il y a SPACE et force est de constater que pour loger 5 personnes voire des gens âgés, à l’arrière, la place du milieu est INUTILISABLE avec le tunnel et en plus la boîte de rangement qui dépasse…
      Quel gâchis !

    4. bandit

      2places à l’arriere, impossible de partir avec deux adultes et un siège auto »dommage »

    5. koriaendre

      C’est du BMW. malgré le segment monospace, une bmw n’a pas vocation a être ultra pratique. La 5ieme place, c’est pour du dépannage. Ceux qui en veulent plus prendront la version 7, pardon 6 places, qui sortira d’ici peu.
      C’est une voiture alternative aux affreux X3 et X5 : une bmw dans lequel on peut s’asseoir facilement même après 70 ans.
      Non, pour moi, le gros (gros, GROS !) défaut, ce sont les montants énormes en 3/4 avant, qui empêche de voir correctement les piétons qui traversent la route en ville. C’est déjà agaçant sur ma série 1, c’est presque pire ici.

    Laisser un commentaire