BLOG BMW

Essai BMW i8: une voiture hors-catégorie

Comment faire son choix aujourd’hui si on veut se faire plaisir avec une voiture sportive tout en écoutant les sirènes de notre société qui nous rappellent l’importance de l’écologie et du respect de l’environnement. Cela devient un casse-tête chinois. Alors certains automobilistes se donnent bonne conscience en disposant d’une GT pour le week-end et d’une petite électrique pour la semaine. Un compromis! BMW a décidé de ne pas choisir et de faire du deux en un: son nom l’i8. Cette hybride rechargeable au design tout droit sorti du futur joue la carte de la polyvalence. Difficilement comparable aux voitures actuelles, trouvera-t-elle son public comme sa petite soeur l’i3?

Essai i8 BMW 46

Un look ravageur

essai i8 BMW 23Nous avons essayé l’i8 autour de Milan et premier constat : nous avons attiré tous les regards. Tel un ovni dans le paysage automobile, l’i8 détonne avec son style très proche d’un concept-car. Rappelons-le, beaucoup pensaient que cette voiture resterait d’ailleurs à ce stade de production mais BMW est allé au bout de son projet. Son attractivité fut telle durant cet essai, que sur l’autoroute nous nous retrouvions encerclés par des automobilistes qui voulaient prendre des photos. Petit clin d’œil, un heureux propriétaire d’une Porsche 911 Targa 4S neuve, est resté ébahie lorsque nous l’avons doublé. De bon augure pour BMW ? Peut-être bien.

Regardons cette i8 de plus près. A l’avant, les naseaux spécifiques de la marque se retrouvent cerclés du bleu couleur de la gamme i tout comme le logo positionné sur un capot plongeant. Ce bleu est également présent sur le bas de caisse des ailes ainsi qu’à l’arrière. On appréciera les volets d’air pilotés et les stream flow. Ses lignes et son aérodynamique définissent parfaitement une GT et sont tout simplement époustouflantes. Le responsable du design i, Benoit Jacob, évoquait que l’équipe a travaillé dans une soufflerie pour optimiser au mieux cet aspect technique et obtenir un cx de 0,26.

Autres éléments qui soulignent son esprit GT, ses dimensions: Ce coupé 2+2 mesure 4 689 mm de long (2 800 mm entre les deux essieux) pour 1 942 mm de large et surtout seulement 1 293 mm de haut. Autre dimension importante, son centre de gravité est de seulement 460 mm, le plus bas de toutes les BMW.

Essai i8 BMW 21Il est vrai qu’ à première vue, on peut se demander comment 4 personnes peuvent entrer dans l’i8. Nous avons installé un confrère de plus 1m90 à l’arrière et, surprise, cela fonctionne. Alors certes la forme du toit nécessite une légère courbure mais le vrai plus se trouve au niveau l’espace au jambe grâce à la forme des sièges avants. Pour être tout à fait honnête, il ne faut pas s’attendre à faire des centaines de kilomètres à l’arrière mais sur une petite distance cela reste tout à fait envisageable. La fonctionnalité des sièges arrière sera certainement limitée à déposer des affaires en plus, car le coffre n’offre une contenance que de 154 litres.

Comme sa petite sœur l’i3, l’i8 a été conçue avec le module Life et le module Drive. Cette coque en PFRC (plastique renforcé en fibres de carbone) est identifiable à l’ouverture des portes en élytre. Au niveau du seuil de porte et de l’entourage de la portière, la matière est laissée brute et donne une impression de manque de finition, un choix délibéré du constructeur pour mettre en avant sa différence. Certains pourraient être choqués par ce côté « brut », d’autres seront fiers de montrer que cette voiture est faîte en fibre de carbone. Toujours dans une recherche de gain de poids (elle ne pèse que 1 485 kg), le capot et les deux portières sont en aluminium  tout comme le châssis (module drive). Pour éviter les frottements, elle se distingue des autres GT par le choix des pneumatiques avec du 195 à l’avant et du 215 à l’arrière. À partir de l’automne, la i8 pourra aussi recevoir en option des projecteurs laser avec une portée à 600 mètres et une consommation réduite de 30 % (voir notre reportage).

Avec ses portes à ouverture en élytre, BMW joue complètement la carte de l’esthétique sportif de cette voiture. Le côté pratique n’est pas au rendez-vous mais est-ce bien la priorité? Car cela ajoute sans aucune mesure un charme supplémentaire à l’i8. Cela suffira-t-il pour autant à détourner les clients de la concurrence comme les possesseurs de Porsche 911 Carrera 4S, Audi R8, Aston Martin V8 Vantage S ou encore Maserati Gran Turismo S ? D’autres éléments vont peser dans la balance.

L’intérieur : du pur BMW

Essai i8 BMW 24Si l’extérieur nous plonge dans le futur, à l’intérieur BMW a préféré conserver ses codes tout en y incorporant le nouvel esprit « i ».  On retrouve une planche de bord plutôt classique avec les inserts « bleu de la gamme i ».

En revanche, elle est orientée vers le pilote. Cette hybride rechargeable dispose de série l’affichage tête haute, la climatisation automatique deux zones, la navigation, le système Hi-Fi Harman Kardon, l’avertisseur de risque de collision, les projecteurs full LED, les radars de stationnement avant et arrière, les sièges électriques et chauffants, la suspension adaptative, le système Top View.

Comme pour l’i3, BMW opte pour un large écran central (8,8 pouces) et bénéficie de l’application smartphone BMW i Remote pour contrôler à distance l’état de charge ou encore la climatisation.

La motorisation : la table de 3

Si son esthétique est indéniablement un coup de force, l’i8 cache dans son module Drive un jouet extraordinaire avec une motorisation des plus surprenantes.

3 comme trois moteurs : BMW réalise un tour de magie : pas un, ni deux mais trois moteurs sur une même voiture. Un 3 cylindres sur le train arrière avec un petit alterno-démarrreur (qui apporte 50 Nm de couple), des batteries litihum-ion dans la colonne centrale et le moteur synchrone électrique eDrive sur le train avant déjà présent sur l’i3. Ce dernier développe une puissance de 131 ch et un couple de 250 Nm, transmis aux roues avant. 80% de la charge peut être réalisée en 2h30 sur une prise domestique ou 2 heures sur la fameuse Wallbox.

3 comme 3 cylindres : Et oui face au 6 cylindres de la Porsche ou aux V8 proposés par Audi, Aston Martin ou encore Maserati, BMW ne propose pas son 6 cylindres en ligne mais un trois cylindres 1 499 cm3 associé bien entendu avec le moteur électrique.  Un trois cylindres qui a déjà fait ses preuves sur la MINI. Cependant, dans le cas présent, on trouve une injection directe, une distribution Valvetronic et bien entendu un turbo conséquent. Ainsi ce « petit » moteur développe pas moins de 231 ch et un couple 320 Nm envoyé aux roues arrières.

3 comme 362 ch : La puissance combinée est de 362 ch pour 570 Nm de couple.

Sur la route

essai i8 BMW 10Pour conduire cette i8, première chose, savoir maîtriser tous les modes de conduite. L’Eco Pro et le Comfort avec e Drive permettent de rouler en électrique jusqu’à 120 km/h sur environ 37 km. Sinon c’est un combiné des deux motorisations, l’électrique et le thermique. En ville ou dans une forte circulation, le mode éco pro est un vrai bonheur. On se sent moins frustré d’avoir une voiture puissante puisque tout à coup on est dans une voiture électrique et hybride. Une sensation très agréable et surtout on apprécie la consommation de la voiture.

Une fois la route dégagée, on passe en mode sport. Le bleu du « i » passe au rouge, la calme devient nerveuse. Les suspensions se raidissent avec les amortissseurs pilotés plus durs, changement de son, on ronronne enfin, on change de voiture, nous voici dans une véritable GT. Les deux moteurs sont sollicités pour révéler tout le potentiel de l’i8 et ses 362 ch. Premières accélérations et le côté linéaire surprend. La souplesse du ou plutôt des moteurs est vraiment appréciable. Son comportement sur route et autoroute est des plus rassurants. Sensation étrange, dès qu’on relâche la pédale de l’accélérateur, le frein « moteur » est très présent et il est important de savoir doser son pied droit quand on veut ralentir.
En sous-régime la BMW répond parfaitement. En revanche, alors que la boite ZF 8 vitesses est un pur plaisir sur les modèles « classiques de BMW », sur l’i8, la boîte auto japonaise Aisin 6 rapports, déjà présente sur les MINI ne répond pas forcément comme elle le devrait. Essai i8 BMW 9Assez facile d’accès, cette dite « GT » n’a pas été conçue pour faire de l’ombre à la gamme M mais a de sérieux atouts. Alors que la première est prévue pour se faire plaisir sur route, l’autre a plus vocation à faire quelques tours de piste. Une responsable  l’a d’ailleurs confirmé, l’i8 n’a pas pour but de rouler sur circuit. Alors que le mot hybride est sur toutes les lèvres dans le monde de la compétition, de la F1 en passant par les 24H du Mans, l’i8 pourrait être une GT d’avenir surtout qu’elle a déjà un style et l’aérodynamisme pour.

A l’issue de l’essai, on peut se dire que cette voiture est inclassable. Moderne voire futuriste tant au point de vue design que motorisation, elle réalise des performances sportives (4,4 secondes pour passer de 0 à 100 km/h) et des performances écologiques avec seulement 49 g de CO2/km ainsi qu’une consommation défiant toute concurrence avec 2,1 l/100 km.

L’i8: Quel public?

Si cette BMW hybride rechargeable attire la curiosité française, il faut être réaliste elle trouvera difficilement son public dans l’Hexagone avec un prix fixé à 145 900€ moins les 4 000€ de bonus écologique. On peut se demander si la BMW i8 s’adresse vraiment au public BMW. Les fans  de la gamme Motorsport pourraient-ils se laisser séduire par cette GT « hors-norme » en abandonnant ainsi leur 6 cylindres en ligne ou leur V8? Peut-on réellement passer de M à i. L’avenir nous le dira. L’i8 est surtout un moyen pour attirer de nouveaux clients en allant les chercher à la concurrence. Sa carrière devrait se faire majoritairement sur le continent américain en venant prendre notamment sur la côte ouest le marché de Tesla ou Fisker. En Europe, le côté « concept-car » et son caractère un peu unique plairont à certains passionnés.

Les Plus

– Coupé avec vraiment 4 places

– Un design qui attire tous les regards

– Une motorisation innovante

– Sa polyvalence

Les moins

– Son accessibilité

– La boite de vitesse Aisin

– Le carbone brut dans le montant des portes

– Son prix

 Photos: BMW et Blog BMW

Moteur électrique

Moteur thermique

  • Nos dernières vidéos...

  • Le BMW ConnectedDrive expliqué en vidéo

  • Essai de la BMW Série 2 Gran Tourer

  • BMW Genève 2016

  • La BMW Série 2 Active Tourer face à la BMW Série 2 Gran Tourer

  • Poursuivez la discussion sur le forum...

    Un commentaire

    1. lotfi

      Bjr je suis garagiste a Alger et g une i8 en entretien je trouve pas L’ouverture capot ainsi que l’accès au moteur merci d’aider

    Laisser un commentaire